La cinquième édition du trail de Rodrigues sera courue très tôt (6h) dimanche matin avec le départ des 38 km de Pointe Coton. Afin de veiller au bon déroulement de cette course, la Rodrigues Trail Association (RTA), organisatrice de l’événement, a pour la cinquième année consécutive fait appel à son consultant Éric Lacroix, Français vivant à La Réunion.
Éric Lacroix estime que la présente édition s’annonce disputée, mais au-delà de la compétition, il est d’avis que les participants devraient profiter de l’authenticité qu’offre Rodrigues. « Comme je le dis à chacune de mes visites, ici le temps s’arrête. Il faut en profiter au maximum lorsqu’on est dans les sentiers. Le paradoxe, c’est qu’on doit courir alors que le temps s’est lui arrêté », remarque-t-il.
Le Français est celui qui a aidé Yan de Maroussem, un des pionniers du trail à Maurice, à structurer cette discipline. Par la suite, il a aidé à monter le Rando trail avec Philippe Lahausse de la Louvière. C’est avec ces deux Mauriciens qu’il a débarqué à Rodrigues en 2008 pour aider à lancer cette discipline. « Le bilan après plus de cinq ans est satisfaisant. Le trail a explosé, comme partout au monde. La raison, je pense, est que les sportifs ressentent ce besoin d’aventure hors-piste. Ils cherchent l’extrême et veulent aller au-delà de leurs limites ». Le trail reste aussi une discipline très séduisante et ne s’inscrit pas dans une logique de chrono. « En trail, il n’y a qu’un vainqueur et ensuite des finisseurs. C’est cela qui fait sa beauté », ajoute-t-il.
« Rodrigues a conservé son état d’esprit, son authenticité qui fait d’elle une île très spéciale. Il est très important qu’on continue à rester en harmonie avec cette nature », explique Éric Lacroix. C’est la raison pour laquelle il insiste sur le fait que les participants devraient pouvoir lever la tête et regarder autour d’eux au lieu d’avoir les yeux sur les pieds. « Je demande aux participants de prendre du recul par rapport au chrono. Certes, il y aura un vainqueur, mais au-delà de tous cela, prenez le temps de découvrir ce pays extraordinaire. À chaque fois que j’y reviens, c’est avec un énorme plaisir que je redécouvre ces sentiers de trail, tout aussi bien que mes amis et gens très sympathiques de l’île. Je retrouve définitivement une certaine quiétude qu’on ne retrouve pas ailleurs ».