La présence de l’Independant Commission against Corruption (ICAC) lors du prochain exercice de transfert des enseignants du primaire, en octobre, n’est pas au goût de tous. La décision annoncée par les autorités de l’éducation, cette semaine, a suscité des réactions positives du côté de certains syndicats et des interrogations dans le bureau de la Government Teachers’ Union, principal représentant des enseignants du secteur primaire. Vinod Seegum, le président de la GTU, se demande d’emblée : «Comment est-ce que l’ICAC peut-elle siéger comme tierce partie au comité de transfert?» Selon Vinod Seegum, il aurait cherché des explications auprès du ministère. Mais celui-ci n’était pas en mesurede les lui fournir. Le syndicaliste parle même de «réticence».Vinod Seegum rappelle qu’un accord signé entre le ministère de l’Education et le Civil Service Arbitration  Tribunal, il y a 30 ans, stipule que l’exercice de transfert doit se faire en consultation. Et de préciser: «Qui dit consultation dit syndicat. Il n’y a pas que la GTU qui fait partie du comité. D’autres syndicats, à l’instar de la Deputy Head Teacher’s Union, y sont également.» Selon le président de la GTU, il y aurait pression sur le ministère de l’Education pour que l’ICAC délègue un représentant lors de cet exercice. Cette pression viendrait, dit-il, de «syndicats rivaux, dont la Primary Schools’ Employees’ Union».La PSEU a pour conseiller technique Jugdish Lollbeeharry. Dans une lettre que ce dernier a envoyée au ministre de l’Education, Vasant Bunwaree, il lui fait part de la satisfaction de la PSEU:«We believe that this decision has been  taken  to ensure that transfers are effected strictly in accordance with established criteria and with the view to ensuring that the transfer exercise is conducted in a more democratic and non-partisan manner. Of late there have been too many complaints alleging that transfers have been effected contrarily to official criteria governing the transfer exercise. It also appears that there are more and more teachers who are not satisfied as it is alleged that some people seem to be moving from star to star schools while others are always and regularly posted to distant or marginal schools.» La General Purpose Teachers’ Union (GPTU), quant à elle, s’est adressée directement à l’ICAC. Même si elle ne fait pas partie du Transfer Committee, elle pense que cet exercice ne se pratique pas de manière juste. Sunil Jughroo, le président de la GPTU, qui approuve la présence de l’ICAC à la table du Transfer Committee va plus loin en accusant le président de la GTUd’ingérence. Sunil Jughroo écrit à ce propos: «The same president has intervened in favour of teachers for their transfer from star to star schools: from Aryan Vedicto SVR, Reunion to Aryan Vedic, SVR to Baichoo Madhoo, etc, despite the fact that it is against the established criteria ( ). Very often he intervenes at school level in favour of those teachers for the allocation of classes, although their performance leaves to be desired.» Réagissant, le concerné dit ne pas s’étonner des critiques formulées. «C’est cela la démocratie!», déclare Vinod Seegum.