La State Informatics Ltd (SIL) entrevoit une expansion de ses activités en Afrique. Selon le general manager de cette entreprise parapublique, Kenraz Mohee, plusieurs projets sont en cours d’exécution sur le continent, qui devrait contribuer à l’avenir à un accroissement du chiffre d’affaires de la SIL. « Nous faisons actuellement 30% de notre chiffre d’affaires grâce à nos activités en Afrique. Notre objectif est d’augmenter cette part à 50% d’ici quelques années. Nous avons des projets, dont certains sont toujours dans leur phase de mise en oeuvre, dans une quinzaine de pays. Nous venons de signer un contrat avec le gouvernement sénégalais pour un projet en vue d’améliorer leur environnement des affaires. Une équipe de la SIL s’est déjà rendue sur place et le travail a déjà débuté », indique Kenraz Mohee dans un communiqué de presse émis par la SIL dans le cadre de la tenue de la 4e édition de l’eGov Conference. Cette conférence, qui s’est tenue cette semaine, a été l’occasion pour les représentants de la SIL de discuter des opportunités que représente la transformation numérique pour l’administration publique de même que de passer en revue les tendances mondiales en matière d’egouvernance.
Les dirigeants de la SIL ont présenté de nouveaux produits à leurs partenaires du secteur public et veulent capitaliser sur le savoir-faire développé par l’entreprise dans divers marchés régionaux pour booster ses activités africaines. La SIL, poursuit le communiqué, a piloté quelque 250 projets dans une quinzaine de pays africains, dont l’Afrique du Sud, l’Algérie et le Ghana. Elle a aussi implanté deux subsidiaires au Botswana et en Namibie. « L’entreprise table sur une croissance de ses activités en Afrique, et ce à travers des projets innovants dans les secteurs de la santé et de l’agriculture, entre autres », fait-on ressortir.  
Pratabsing Bacorisen, président du conseil d’administration de la compagnie, observe que la SIL a fait la démonstration de la réussite d’une entreprise locale non seulement sur le marché domestique mais aussi dans la région dans son secteur de prédilection. La SIL, a-t-il déclaré, « se positionne comme un partenaire stratégique » pour ses clients dans le domaine de la transformation numérique. Notons également l’intervention du ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation, Yogida Sawmynaden, lors de la conférence, lequel aura mis l’accent sur « les efforts du gouvernement pour accélérer l’informatisation de l’administration publique ». Maurice, a-t-il indiqué, a gagné plusieurs places dans le e-Gov Survey des Nations Unies, le pays passant de la 76e à la 58e place entre 2013 et 2016.