Transparency Mauritius, la section mauricienne de Transparency International, a depuis le 1er août dernier un nouveau Executive Director en la personne de Rajen Bablee, un ancien journaliste. Transparency Mauritius, la principale organisation de la société civile mauricienne de lutte contre la corruption, est affiliée à Transparency International depuis le 28 octobre 1998.
« La vision de Transparency International et, par extension, celle de Transparency Mauritius, est d’avoir un monde dénué de corruption où les hommes et femmes, indifféremment de leurs positions sociales puissent cohabiter dans une parfaite transparence », explique Rajen Bablee.
Le but de Transparency Mauritius, poursuit Rajen Bablee est d’agir comme un chien de garde, tout en reconnaissant le rôle institutionnel de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans le combat contre la corruption. « Nous encourageons également le public à participer pleinement dans ce combat contre la corruption, afin que ses droits constitutionnels soient respectés ».
Transparency International, selon le nouveau Executive Director, met l’accent sur le fait que la corruption est une des causes majeures de la pauvreté à travers le monde. « Elle est aussi la cause des injustices sociales », insiste-t-il.
« Nous sommes à l’écoute des Mauriciens et nous les accueillons régulièrement dans notre bureau à Port-Louis et nous les dirigeons vers les instances appropriées et nous les soutenons à travers notre service conseil ».
Le nouveau Executive Director de Transparency Mauritius explique qu’un des mécanismes auquel son organisation accorde une attention spéciale est celui des appels d’offres publics. « De ce fait, à travers le monde et en collaboration avec les gouvernements de plusieurs pays, nous travaillons aussi à mettre en place des systèmes d’intégrité afin que ces exercices puissent se faire dans la transparence ».
Détenteur d’un BSc (Hons) en communication, d’un Post Graduate Diploma en journalisme et d’un MSc International Business Management, Rajen Bablee a été membre de la force policière où il a travaillé, entre autres, à la Crime Prevention Unit. Il a également été chef enquêteur à l’ICAC. Ancien journaliste à 5-Plus dimanche, L’Express, Le Défi Plus et Samedi Plus, il a été aussi rédacteur en chef à Le Journal du Samedi jusqu’à sa nomination à Transparency Mauritius au début de ce mois.
En juillet 2009, Rajen Bablee est devenu le premier journaliste mauricien récipiendaire du CNN Multichoice African Journalist Award pour la section francophone pour son enquête sur l’affaire Boskalis qui a été publiée en juillet 2008. Il est aussi l’auteur d’un roman intitulé La Solitude de Dieu. Il a en outre publié des nouvelles et poésies.
Rappelons que Transparency International est une organisation non gouvernementale internationale d’origine allemande ayant pour principale vocation la lutte contre la corruption des gouvernements et institutions gouvernementales mondiaux. Elle a été fondée par Peter Eigen en 1993 et a aujourd’hui un rayonnement international, possédant des sections autonomes dans 80 pays du Nord comme du Sud.
Transparency International est surtout connue pour publier régulièrement des indices mondiaux sur la corruption : classement des États, taux de corruption par pays ou encore régularité des échanges internationaux. Elle se positionne également en observateur du fonctionnement démocratique des institutions nationales en émettant des avis sur les actions gouvernementales.