La magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsingh a acquitté Abdool Hakeem Elaheebocus accusé de possession of stolen goods. Celui-ci transportait dans son camion des couches et des serviettes de table soupçonnés d’avoir été volés et d’une valeur de Rs 1,1 million. La cour a trouvé qu’en tant chauffeur sa tâche se limitait au transport des produits.
Le 13 juillet 2011, un inventaire effectué dans un des entrepôts de la compagnie Bébédou révèle que Rs 67 384 couches de bébé et 211 633 serviettes de table ont disparu. Un employé de l’usine CMT avait affirmé avoir aperçu, la veille de la découverte du vol, un camion de Bébédou suivi d’une voiture. Selon lui, des individus avaient volé ces articles avant de prendre la fuite.
L’enquête a conduit la police à Abdool Elaheebocus, chauffeur de camion qui avait transporté ces articles. Pour sa défense, l’accusé avait expliqué avoir transporté ces produits pour un certain “Chip” jusqu’à un supermarché à Montagne-Blanche. Ce dernier lui a fait croire qu’il avait payé les couches et serviettes de table à un prix préférentiel.
Le chauffeur devait remettre les articles à un certain Vishal qui, à son tour, devait lui donner une certaine somme d’argent pour Chip. Abdool Elaheebocus a de son côté reçu que de l’argent pour le transport ; la première fois il a eu Rs 1 000, puis Rs 800. Il a déclaré ne pas être au courant que les couches et serviettes de table étaient des articles volés.
Dans son ruling, la magistrate Gayan-Jaulimsingh a déclaré que si des produits sont manquants dans un des entrepôts de Bébédou, rien ne prouve que les articles retrouvés sont ceux de la compagnie et ont été volés. Selon elle, il n’a pas été démontré que ces objets « were carried off by means of larceny ».
« The job of the accused is to transport materials and at the request of someone whom he knew well, he transported some diapers. There is no evidence on record to suggest that he acted out in bad faith or that he should have doubted the diapers constituted stolen objects », souligne par ailleurs le jugement. La cour a ainsi acquitté Abdool Elaheebocus.