Les animateurs de CSG-Solidarité, Serge Jauffret et Ashok Subron, qui avaient consigné une déposition au poste de police des Casernes centrales le week-end dernier, contre l’usage abusif des autobus Special Route pour la Fête du Travail, ont mis le doigt sur un laxisme total des autorités. En effet, à la fermeture des bureaux, vendredi, la National Transport Authority (NTA) n’avait été en présence de demandes que pour 30 permis de Special Route pour le transport des partisans des deux principaux blocs politiques aux meetings du 1er mai, alors qu’en principe quelque 500 autobus ont été loués auprès des différents opérateurs dans le transport en commun, dont la Corporation Nationale de Transport (CNT) et la United Bus Service (UBS).
A moins d’un sursaut de dernière minute de la part de ces opérateurs, demain, à la veille du 1er mai, tout semble indiquer que la majorité des autobus transportant des partisans aux meetings de l’alliance PTr/PMSD de Vacoas et du Remake 2000 de l’alliance MSM/MMM à Port-Louis circuleront de manière illégale. Les estimations officieuses avancent qu’il faudra compter pas moins de 500 autobus hors du circuit normal mardi prochain.
Au terme des accords de location passés, la seule Corporation Nationale de Transport (CNT) devra mettre à la disposition de l’Alliance PTr/PMSD et du MMM pas moins de 350 autobus Special Route. Ainsi, pour le 1er mai, la CNT ne disposera pas plus d’une centaine d’autobus pour assurer le service normal sur les différentes routes qui lui sont attribuées officiellement. Le public voyageur sera nettement pénalisé avec un service des plus irréguliers sur les lignes normales.
Du côté de la NTA, l’on avance que des dispositions seront prises très tôt mardi pour dépêcher des inspecteurs dans les principales gares routières de l’île en vue d’établir un état des lieux et de prendre en contravention les opérateurs dans le transport en commun, qui ne seront en conformité avec les règlements du Road Traffic Act. Toutefois, compte tenu du nombre restreint d’inspecteurs de la NTA, des doutes sont exprimés quant à l’efficacité d’une telle mesure de contrôle et d’action. A la NTA, l’on concède en privé ,que ce scandale de bus Special Route sans aucun permis de la NTA pour le 1er mai ne daterait pas d’hier.
De son côté, le syndicaliste Ashok Subron se demande si « en l’absence de permis Special Route pour le 1er mai, les autobus se rendant à Port-Louis ou à Vacoas seront pris contravention par les policiers dans l’exercice de leurs fonctions ». Si tel est le cas, il demande au commissaire de police, Dhun Iswur Rampersad, de rendre publique la liste des contraventions dressées par la police à cet effet le 1er mai.
« La NTA compte-t-elle publier au préalable la liste de tous les permis Special Route octroyés pour les meetings du 1er mai et de donner des détails sur les lignes où un service normal est prévu? La NTA envisage-t-elle d’opérer un Hotline en vue de renseigner le public en général sur les problèmes de transport en commun spécifiquement le 1er mai? », poursuit Ashok Subron.
« En ce qui concerne les salariés et les citoyens qui se déplaceront pour le rassemblement alternatif de Beau-Bassin, ils se fieront à leurs propres moyens. Nous reprenons le flambeau laissé par le Dr Maurice Curé, Emmanuel Anquetil et le Pandit Sahadeo en 1938, ou encore la GWF dans les années 70 en ce qui concerne la mobilisation », ajoute Ashok Subron.
Outre les messages des dirigeants syndicaux ayant confirmé leur participation au rassemblement sur le thème « Rupture: vers une nouvelle république respectueuse des droits des travailleurs », une animation culturelle, avec la participation de différents artistes locaux, est prévue.
De leur côté, les animateurs de Rezistans ek Akternativ et leurs alliés mettent actuellement la dernière main au Constitutional Case sur la réforme électorale qui sera logé en Cour suprême très bientôt.