L’Union of Bus Industry Workers (UBIW), en étroite collaboration avec la General Workers Federation (GWF), maintient la pression en vue de la mise en application des recommandations du NRB préconisant une hausse salariale de 7 à 34 %. Après la manifestation de jeudi dernier – présentée comme étant une réussite avec, selon les organisateurs, 700 à 1000 travailleurs du transport en commun dans les rues de Port-Louis – les dirigeants syndicaux planifient la tenue d’une série de réunions de mobilisation sur les dépôts de différentes compagnies d’autobus. Entre-temps le ministre du Travail et des Relations industrielles, Shakeel Mohamed, essuient de sévères critiques de la part des syndicalistes qui reprochent son rôle de premier plan dans le retard pour la mise en application de cette révision salariale estimée à quelque Rs 440 millions.
Les réunions de mobilisation qui se tiendront incessamment sur les dépôts de toutes les compagnies d’autobus, notamment le United Bus Service (UBS), la Corporation Nationale de Transport (CNT), le Triolet Bus Service (TBS), le Rose-Hill Transport (RHT) ainsi que les autobus individuels seront marquées par un exercice de vote en vue d’entériner les prochaines actions à être adoptées dans le cadre de la campagne syndicale pour forcer l’application des recommandations du NRB. À ce stade, aucune indication n’est disponible quant aux actions envisagées par le tandem UBIW-GWF, mais les dirigeants syndicaux approchés par Week-Endsont unanimes à dire que l’heure est grave.“Ce qui se passe autour des recommandations du NRB est extrêmement grave. Alors que le NRB, après avoir analysé les éléments, a préconisé une augmentation de 7 à 34 %, le ministre Shakeel Mohamed a refusé cette révision après avoir été mis en présence de ce rapport. De ce fait, les recommandations ont été retournées à la NRB pour une éventuelle annulation, ou encore pour une baisse de l’augmentation”,déclare avec force le négociateur syndical Ashok Subron.
Tout en affirmant que les recommandations du NRB découlent d’une requête de l’UBIW/GWF depuis 2012, portant sur une négociation collective nationale entre le corps syndical et les compagnies de transport, Ashok Subron qualifie les derniers développements survenus comme “un manque de respect envers le NRB, mais surtout, un manque de respect envers les milliers de travailleurs engagés dans le secteur du transport en commun”.Dans la conjoncture, Shakeel Mohamed se retrouve dans la tourmente syndicale et sous le feu de critiques plus acerbes les unes que les autres. “Shakeel Mohamed a abusé de son pouvoir pour annuler et bloquer l’augmentation. Ceci est extrêmement grave et contribue à l’exaspération des travailleurs du transport. Minis Shakeel Mohamed pe azir kuma dir li mem propriétaire bis ! Il évoque le coût financier de Rs 440 millions pour retarder la mise en place des recommandations du NRB”, déclare Ashok à Week-End.
À la fin de la manifestation de jeudi, une lettre a été déposée au bureau du ministre Shakeel Mohamed pour réclamer une rencontre avec lui au sujet des recommandations du NRB sur cette augmentation salariale. D’autre part, les organisateurs de l’UBIW/GMW affirment que cette revendication de rue a été à la hauteur des espérances avec la participation de 700 à 1 000 travailleurs du secteur du transport en commun. Affaire à suivre compte tenu de l’enjeu…