La Corporation Nationale de Transport (CNT) fait face à une urgente injection en vue d’assurer un renouvellement substantiel de sa flotte d’autobus dans la conjoncture. C’est ce qui découle d’une communication du General Manager, Robin Soonarane, au conseil d’administration de la CNT le mois dernier. Le montant estimé est de Rs 1,3 milliards pour financer l’acquisition de 370 nouveaux autobus en vue de remplacer 402 bus jugés vieux et en panne faute de pièces de rechange.
Pour la direction de la CNT, l’urgence de ces investissements se justifie par les effets conjugués de la baisse de confiance du public après le dramatique accident de la route au virage de Sorèze le vendredi 3 mai et celui de Camp-Levieux le 13 juin dernier. Outre les 117 autobus Nissan, opérés par la CNT, la satisfaction du public-voyageur dans le reste de la flotte est en chute libre. « One of the vital means to redress the situation is to renew the ageing fleet at a rapid pace », recommande le General Manager au board.
Le budget dépensé chaque mois sur les pièces de rechange pour des réparations des autobus est de Rs 13 millions, soit le double du chiffre avancé jusqu’ici à l’Assemblée nationale par le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo. « Wherein the majority of buses are either from Ashok Leyland or Tata and for which a number of spare parts (such as speedometers) cannot be readily obtained, it would not be unreasonable to consider procure new buses for a rapid replacement of these buses », s’appesantit le General Manager.
Un audit de la flotte de la CNT indique que 402 autobus devraient être retirés du circuit d’opération avec la nécessité de faire l’acquisition de 370 bus modernes et neufs à court terme. Le General Manager ajoute que dans les 402 autobus, une grande majorité « remain idle awaiting major repairs or spare parts ». Le remplacement de la flotte de bus devra déboucher sur des économies de Rs 6 millions par mois sur la facture mensuelle de mazout sans oublier les Rs 13 millions de pièces de rechange.
Néanmoins, la CNT n’est pas en mesure de générer les fonds nécessaires pour le Fleet Renewal Programme. La Corporation n’est également pas en mesure de lever les fonds nécessaires sous forme de prêts et sollicite l’intervention du gouvernement à cet effet. Dans un premier temps, la CNT est à la recherche de Rs 500 millions à des conditions concessionnaires et rappelle que dans le plan de restructuration, le gouvernement a concédé le fait qu’il faudra quelque 150 nouveaux bus.
Dans l’immédiat, la CNT est en consultations avec le Central Procurement Board pour un exercice d’appel d’offres pour l’acquisition de 65 autobus. Mais la formule visant à scinder le contrat en deux, soit un lot de 20 autobus de l’étranger et un autre de 45 auprès des fournisseurs locaux, suscite déjà de vives polémiques. Les Bidding Documents, transmis au Central Procurement Board le 17 juin dernier, font actuellement l’objet de discussions. La CNT prévoit de revenir incessamment avec un autre appel d’offres pour se doter de 155 nouveaux bus.
Avec le programme de renouvellement des bus, la CNT vise quatre objectifs, soit assurer la sécurité et un service convenable pour les passagers, accroître ses revenus avec une part de marché améliorée, réduire de manière substantielle le budget alloué pour les pièces de rechange, le carburant et la main-d’oeuvre et s’engager dans la voie de viabilité financière à long terme.