Après la manifestation de rue à Port-Louis des employés le 29 mai dernier, l’UBIW passera à une nouvelle étape en demandant aux employés de prendre un vote en vue d’actions industrielles pour défendre leurs droits. Tout un programme a été élaboré pour permettre aux employés des différentes compagnies de s’exprimer. Les dirigeants de l’UBIW, en l’occurrence Imzad Beeharee, Alain Kistned, Ashok Subron et Wakhil Lalloo, dénoncent la démarche du ministre du Travail, Shakeel Mohamed, étant donné que les recommandations salariales du NRB auraient dû être appliquées depuis décembre de l’année.
Dans cette perspective, une menace de grève dans le transport public, comme ce fut le cas en juillet de l’année dernière, est brandie. « Les autorités ont manqué à leur parole aux employés du transport. Pire encore, le ministre du Travail a cédé au lobby du patronat en retournant les recommandations salariales au NRB au lieu de les mettre à exécution », déclarent-ils. Les employés de la compagnie Triolet Bus Service seront les premiers à se prononcer par voie de bulletins secrets mercredi et jeudi prochain.
Ensuite, les employés de Rose Hill Bus Service voteront les 22 et 23 juillet. Puis, dans l’ordre,  ceux de   Mauritian  Bus Transport les 31 juillet et 1er août, de UBS à Port-Louis les 12 et 13 août, de UBS Forest Side les 19 et 20 août et ceux de la Corporation Nationale de Transport à Forest-Side et à Souillac les 26 et 27 août, à Rivière-du-Rempart et à La Tour Koenig les 28 et 29 août, et à Rémy Ollier et Bonne-Terre les 1er et 2 septembre.
« Ce n’est qu’après ce vote des employés sur les différents sites de travail que l’UBIW définira les actions syndicales pour faire respecter les droits des employés », soulignent les responsables syndicaux.