« Nous refusons catégoriquement l’introduction du permis à points pour les chauffeurs d’autobus », a déclaré hier Wahkil Lalloo, négociateur et Technical Adviser de l’UBIW. Il a soutenu que cette nouvelle loi ne pourrait être applicable « que si l’état des autobus est revu ».