Après la série de votes initiée dans les compagnies engagées dans le secteur du transport en commun, en vue de décider de la tenue d’une grève générale suite à de profondes divergences autour de l’application de la grille salariale concoctée par le National Remuneration Board, ce sera au tour des employés des autobus individuels de se prêter au jeu. La décision d’ouvrir les urnes à ces travailleurs a en effet été entérinée et devrait se tenir dans le courant de la semaine prochaine.
Avec le succès récolté lors des exercices de votes à l’intention des travailleurs des compagnies de transport et l’intérêt affiché par les employés des autobus individuels de participer à ce scrutin, les dirigeants syndicaux de l’Union of Bus Industry Workers (UBIW) et de la General Workers Federation ont finalement décidé de tenir un exercice similaire. « Étant donné que ces travailleurs ont manifesté leur intérêt pour participer à un vote, nous avons décider d’organiser un exercice juste pour eux », déclare le syndicaliste Ashok Subron. Le scrutin débutera dès la semaine prochaine et concernera environ 1 500 employés d’autobus individuels.
D’autre part, le dernier dépouillement pour les exercices de vote menés auprès des différentes compagnies engagées dans le transport a eu lieu hier. Au total, plus de 4 000 travailleurs ont ainsi participé à ce scrutin, ce qui représente un taux de participation de 90%. En parallèle, 99% des employés votants se sont prononcés en faveur d’une action syndicale d’envergure.
Selon certaines indications, si cette action se confirme, entendez par-là l’organisation d’une grève générale, celle-ci devrait se tenir d’ici la fin septembre. Même si les syndicalistes se disent prêts pour cette « bataille », ils laissent cependant toujours une porte ouverte pour des tractations « de la dernière chance ». Et Ashok Subron de conclure : « Nous sommes prêts pour la bataille comme pour le dialogue ! La balle est désormais dans le camp de Ramgoolam et Bérenger ».