Le ministre du Travail et des Relations industrielles Shakeel Mohamed a décidé de référer la question des conditions de travail dans le secteur du transport public au National Remuneration Board (NRB). C’est ce qu’il a annoncé hier à l’issue d’une réunion avec les dirigeants du Front Commun Travayer Transport (FCTT). Celui-ci regroupe les travailleurs de sept syndicats opérant au sein de cinq compagnies de transport public que sont United Bus Service (UBS), National Transport Corporation (NTC), Rose-Hill Transport (RHT), Triolet Bus Service (TBS) et Mauritian Bus Transport (MBT).
« J’espère que vous allez déposer devant cette instance. Je demanderai au président de ne pas trop s’attarder sur cette question. Je souhaite qu’elle soit réglée avant la fin de l’année », a déclaré Shakeel Mohamed, avant de promettre aux syndicalistes présents toute l’aide technique de son ministère en vue de préparer les dossiers à cet effet.
Auparavant, Yousouf Chotoye, président du FCTT, avait fait ressortir qu’iI y a une forte pression sur les syndicalistes de la part des travailleurs de cette industrie par rapport à leurs conditions de travail. « Nous n’avons rien à faire avec l’Union of Bus Industry Workers (UBIW) », a-t-il fait ressortir, en insistant clairement auprès du ministre que le front commun s’oppose à la grève dans cette industrie. M. Chotoye a rappelé comment des travailleurs avaient perdu leurs emplois, certains s’étant mêmes suicidés, après les grèves de 1979. « Nous ne voulons pas de cette voie car ce serait très grave pour les travailleurs. Notre solution réside au NRB », a-t-il déclaré.
Le secrétaire du front commun, Krishnaduth Gobin, a ajouté que la crainte des travailleurs reste « nou manze dan nou lakaz ek nou pa oule met later ladan ». Il a rappelé au ministre du Travail que lors de la publication du PRB en 2008, les travailleurs du transport avaient, eux aussi, bénéficié d’une augmentation de leurs salaires mais tel n’a pas été le cas en 2012.
Après avoir écouté les syndicalistes, Shakeel Mohamed leur a répondu : « Cela montre que vous êtes des syndicalistes responsables. Bien sûr, vous avez le droit de grève mais en dernier recours seulement. » « Vous préférez la stabilité et la sécurité d’emploi dans cette industrie. Vous ne voulez pas des cas de suicide », leur a-t-il dit, en ajoutant que le gouvernement souhaite que les travailleurs soient en sécurité. Le ministre leur a également informé qu’iI y a eu une demande pour une hausse du coût du ticket d’autobus qui entrera en vigueur avant la fin de cette année ou au début de l’année prochaine. « Li lozik ki travayer ousi gayn so du », a ajouté le ministre.