Depuis hier le scrutin pour faire son choix en faveur des recommandations du National Remuneration Board et des éventuelles actions industrielles à adopter, si le gouvernement ne se décide pas à appliquer le rapport, retient l’attention dans le secteur du transport en commun. Le coup d’envoi de l’exercice de vote a été donné tôt hier matin à Triolet Bus Service. Les employés des quatre autres compagnies du secteur seront appelés aux urnes pour les mêmes raisons dans les semaines à venir. En attendant le dépouillement des bulletins vers 16 h cet après-midi à Port-Louis, les syndicalistes du tandem Union of Bus Industry Workers/General Workers Federation se targuent de la participation massive des travailleurs avec 675 votes déjà enregistrés à 10 h 30 ce matin.
Les recoupements d’informations indiquent que Triolet Bus Service compte actuellement un staff de 805 personnes. Mais techniquement seuls 710 d’entre eux, comprenant les chauffeurs, receveurs, chefs de gare et Traffic Officers, sont représentés par l’Union of Bus Industry Workers qui est à son tour affiliée à la General Workers Federation. Le reste des employés représente ceux affectés dans le département administratif de la société de transport. Ainsi avec un nombre de 675 employés passant aux urnes entre 4 h hier matin et 10 h 30 aujourd’hui, les syndicalistes approchés se félicitent du taux de participation « massif ». « Ce taux de vote est un baromètre démontrant la colère des employés du transport en commun suite à la décision du gouvernement de geler les recommandations du National Remuneration Board (NRB) et des tergiversations de celui-ci face à ce dossier important », avance Ashok Subron, négociateur du tandem UBIW/GWF dans une déclaration au Mauricien dans la matinée.
Selon l’agenda prévu pour ce vote, les urnes devront être fermées à 14 heures. Les responsables de cet exercice ont pris les dispositions nécessaires pour le dépouillement des bulletins qui se déroule à partir de 16 h aujourd’hui au siège de la GWF à Port-Louis en présence des représentants des différents médias. Les syndicalistes devront ainsi être fixés sur deux points : si les travailleurs souhaitent l’application des recommandations du NRB dont une hausse salariale de 7 à 34 % et s’ils sont d’accord que le corps syndical prenne les actions industrielles appropriées pour forcer la mise en vigueur de ce rapport. Après le dépouillement, les dirigeants syndicaux devront faire une déclaration à la presse sur les résultats et le déroulement de ce premier vote.
D’autre part, la campagne de mobilisation menée depuis plusieurs semaines se poursuit en vue des prochains rendez-vous devant les urnes. Le 22 et le 23 juillet, ce sera au tour des employés de RHT Bus Service Ltd de passer au vote. Jusqu’au 2 septembre, les travailleurs de MBT Transport Ltd, UBS Ltd et ceux de la CNT effectueront le même exercice. « Nous nous attendons à un même taux de participation dans les semaines à venir pour les travailleurs des autres compagnies de transport. Le mot d’ordre est de maintenir cette mobilisation et de préparer les employés à ces rendez-vous majeurs. Nous lançons également un appel au gouvernement et au Premier ministre Navin Ramgoolam pour prendre conscience de la grogne et du mécontentement régnant actuellement parmi les travailleurs du transport en commun », commente le négociateur Ashok Subron.