La Confédération Syndicale de Gauche-Solidarité, qui annonçait une année 2012 houleuse sur l’échiquier syndical lors de leur bilan 2011, devrait confirmer ses dires dans les jours à venir. Avec le « retard » des amendements aux deux lois du travail, Employment Rights Act et Employment Relations Act, la confédération a convoqué le jeudi 2 février ses délégués à une assemblée. En attendant les retombées de cette rencontre, l’on affirme déjà que les décisions qui s’imposent seront prises et qu’« aucun cadeau sera fait au ministre du travail Shakeel Mohamed ».
Dès le début de l’année, la Confédération Syndicale de Gauche-Solidarité (CSG-Solidarité) a affiché sa contrariété concernant le « retard » des amendements aux lois du travail en boudant le premier exercice du National Tripartite Forum pour 2012. Les syndicalistes estimaient que la priorité dans la conjoncture actuelle était la révision des lois du travail et non les tripartites.
À ce stade, l’une des plus importantes confédérations du pays qui regroupe les travailleurs de l’industrie sucrière et touristique, du port et de transport, a déclaré que des décisions syndicales seront prises si les lois existantes ne sont pas amendées d’ici fin janvier. Avec le délai touchant pratiquement à sa fin, la menace d’une action syndicale d’envergure se précise surtout avec la convocation de l’assemblée des délégués jeudi au Rabita Hall à Port-Louis.
Lors de ces consultations prévues dans trois jours, les principales têtes pensantes et les membres délégués de la CSG-Solidarité devraient passer en revue l’actualité dans le milieu syndical, en particulier les amendements à l’Employment Rights Act (ERiA) et l’Employment Relations Act (ERA) votés en 2008 et proclamés en février 2009.
« Au niveau de la CSG-Solidarité, le combat continue pour amender les lois. D’ailleurs, c’est la principale raison de notre assemblée des délégués qui aura lieu jeudi. L’année dernière, lors d’une réunion pour apporter nos ultimes retouches aux propositions déjà fournies, le ministre du Travail avait pris l’engagement de présenter le draft bill au Conseil des ministres dès les premières semaines de janvier. Jusqu’à présent il n’en est rien », a expliqué Atma Shanto de la CSG-Solidarité au téléphone au Mauricien.
Il est toutefois quasi impossible d’entrevoir les importantes décisions qui seront prises pour décanter la situation et accélérer le processus de consultation en vue des amendements. « Il est prématuré de dire ce qui va ressortir de la rencontre avec nos membres délégués mais nous sommes en mesure d’affirmer que des actions syndicales musclées seront prises. Ce qui est certain c’est que nous ne ferons pas de cadeau au ministre du travail Shakeel Mohamed », fait comprendre Atma Shanto.
Les recoupements d’information effectués par Le Mauricien auprès de nos sources au ministère du Travail indiquent que l’élaboration des amendements aux lois du travail est au stade de consultations avec les stakeholders et le High Powered Committee. Ils seront ensuite présentés au Cabinet, puis référés au State Law Office et finalement validés du Parlement.