Rs 71 M ont été recouvrées pendant la période janvier/octobre 2013 par la Labour and Industrial Relations Division du ministère du Travail, des Relations industrielles et de l’Emploi au bénéfice des employés, y compris celui des travailleurs immigrés. Cette division compte d’ailleurs officiellement depuis le 30 décembre 2013 un nouveau directeur en la personne d’Edley Armoogum qui compte 44 années dans la fonction publique.
Selon les donnés disponibles, Rs 19 M ont été récupérées en 2013 à travers des actions légales en Cour industrielle, Rs 46 M à travers les bureaux du ministère (Enforcement Branch) et Rs 5 M à travers la Special Migrant Unit. L’année dernière, cette division du ministère a enregistré quelque 11 400 plaintes, dont environ un millier outstanding au 1er janvier 2013. Le nombre de litiges déclarés en Cour industrielle entendu en open court était l’année dernière de 314, ce qui a permis de récupérer environ Rs 17 M au profit des employés lésés, alors que 200 cas ont été entendus en Chambre, ce qui a permis de récupérer Rs 2 M. Le nombre de poursuites au pénal l’année dernière était de 61, avec un montant total d’amendes infligées aux employeurs s’élevant à quelque Rs 200 000. Rs 131 M de plus été dépensées en 2013 pour le paiement des Transitional Unemployment Benefits et 2 651 travailleurs ont bénéficié du Workfare Programme.
La Labour and Industrial Relations Division compte cinq sub divisions : l’Inspection and Enforcement Section, la Conciliation & Mediation Section (un mécanisme mis en place pour régler les litiges à travers des négociations), la Research, Legislation and Labour Standards Section, l’Information Education and Communication Section et la Special Migrant Worker’s Unit. Cette division compte depuis quelques jours un nouveau directeur en la personne d’Edley Armoogum dont la titularisation officielle a été effectuée le 30 décembre dernier. Ce dernier a travaillé dans les diverses sections de la division du Travail et des Relations industrielles. Dans une déclaration au Mauricien, Edley Armoogum explique qu’il projette de redynamiser les services de cette division du ministère et renforcer le programme d’éducation et de sensibilisation des employés et employeurs aux lois du Travail. Edley Armoogum entend également renforcer les inspections sur les lieux de travail. L’année dernière, les inspecteurs du travail ont effectué 1 900 visites dans les entreprises employant des Mauriciens et 622 dans celles employant des étrangers. L’inspectorat du Travail est chargé de veiller à l’application des lois qui régissent le paiement de la rémunération et les conditions de travail en effectuant des inspections régulières. Les contrôles se font sur une base routinière sur des aspects concernant les conditions de travail, notamment la paye, les congés, le paiement du bonis de fin d’année, les augmentations salariales, mais les visites peuvent également être des visites surprises, explique Edley Armoogum. Il ajoute que l’inspectorat ne néglige pas non plus les lettres anonymes qui leurs sont envoyées par les employés. En cas de non respect des dispositions des lois du Travail, des recommandations sont émises à l’intention de l’employeur avec un délai pour que ce dernier comply avec les lois. En cas de non-respect de celles-ci, des actions légales peuvent être enclenchées. Le ministère peut décider à ce moment d’engager des poursuites civiles au nom des travailleurs pour réclamer ce qui leur est dû ou d’entrer une action au pénal contre les employeurs qui portent atteinte aux droits individuels du travail. Edley Armoogum travaille également sur le projet de mise sur pied d’un professional information counter au sein du ministère afin de centraliser toutes les services et mieux orienter les demandeurs d’informations.