S’il a favorablement accueilli certaines mesures du Workers’ Rights Bill et de l’Employment Relations (amendment) Bill, le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, a néanmoins exprimé son « inquiétude » au sujet de l’économie lors de son intervention sur ces deux projets de loi à l’Assemblée nationale.

« Nous voulons que l’économie soit aussi productive que possible et non pas donner l’impression à la population qu’elle peut s’en sortir sans travailler dur », a dit Xavier-Luc Duval, demandant aux parents d’inculquer l’importance du dur labeur à leurs enfants. En ce sens, il cite que ses enfants ont travaillé au Mc Donalds et ont lavé des voitures lorsqu’ils faisaient leurs études à l’étranger. Une phrase qui a fait sourire le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo.

Lors de son intervention, le leader de l’opposition est aussi revenu sur la performance du secteur du tourisme en rapport avec les amendements apportés. « Chaque loi présentée doit être discutée avec le secteur du tourisme », dit-il. Et de déplorer que le ministère du Tourisme « n’ait pas tenu de discussions avec l’AHRIM », qui n’a, sans cesse, fait part de ses problèmes. Xavier-Luc Duval a, dans la foulée, cité les pertes de New Mauritius Hotels de quelques millions de roupies.

Avec une croissance négative de 0,4% pour les sept derniers mois de l’année, le leader de l’opposition avance que ce taux « n’a jamais été atteint durant les dix dernières années ». Tenant en compte ce taux, il n’a pas manqué de féliciter sarcastiquement le ministre du Tourisme en lui disant « bravo ».  Revenant sur la récente décision de la Banque de Maurice de procéder à une baisse du “Repo Rate” de 50 points de base, il estime que ceci démontre que « le gouvernement sent déjà une certaine incertitude qui plane ».

La situation de l’économie, poursuit Xavier-Luc Duval, « ne doit pas nous laisser dans une situation trop confortable, car nous vivons dans un monde réel et devons survivre ». Il dit de plus bien accueillir tout le travail accompli en faveur des travailleurs mais demande que l’économie « continue de créer de nouveaux emplois ». Il ajoute : « Le gouvernement avait promis des milliers d’emplois à la population mais très peu ont été créés. »

Par ailleurs, le leader du PMSD est revenu sur les propos du ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, qui avait soutenu la crainte des travailleurs pour le secteur privé. Xavier-Luc Duval abonde dans le même sens, soutenant que « les employés mis à la porte dans le secteur privé sont privés de leur salaire ». Il se réjouit de plus que le Wage Guarantee Fund du gouvernement et l’augmentation du salaire minimal à Rs 15 000 ou Rs 20 000 sont des décisions « acceptables ».

Même s’il n’est pas d’accord avec d’autres mesures apportées, il demande que le montant de Rs 3 000 offert à celles qui enfantent soit augmenté à Rs 10 000. « Nous devons encourager les familles à avoir plus d’enfants », dit-il, compte tenu du faible taux de naissance et la diminution de la population. Xavier-Luc Duval a de même rappelé l’urgence économique que « le gouvernement PTr/PMSD avait hérité en 2005, quand des milliers de personnes avaient perdu leur emploi ».