Deux habitants de Blue Bay et l’ONG Ecosud ont déposé vendredi dernier une demande d’injonction pour l’arrêt des travaux entrepris depuis le début de la semaine, sur une portion de terrain de 3,53km au Blay Bay Marine Park, en marge de la construction d’un bâtiment. Or, classé site Ramsar depuis 2008, le parc marin de Blue-Bay,est un site protégé sous la Convention sur les zones humides. D’où l’inquiétude des habitants de la localité de voir des travaux effectués sur ce site protégé d’importance nationale et internationale. Le juge en chambre Prithviraj Fekna, qui a entendu l’affaire vendredi, n’a cependant pas donné l’ordre ex-parte. L’affaire sera appelée en cour lundi.
Les bulldozers à l’oeuvre mardi matin au parc marin de Blue Bay ont alerté plus d’un habitants de la localité. Pour cause, ils “massacraient” la faune et la flore de ce site. Pour ces habitants, c’était l’incompréhension totale car, “au lieu de protéger le site, les autorités sont en train de le détruire.” Des informations glanées par les habitants inquiets, ces travaux auraient été entrepris par le ministère de la Pêche en vue de la construction d’un bâtiment qui servirait de centre de contrôle et de préservation du parc marin. Une construction qui avait vaguement été évoquée lors d’une rencontre avec les membres d’Ecosud en avril dernier, au centre de recherches d’Albion. Selon les informations, ce bâtiment devrait être prêt d’ici à la fin de l’année. Cependant, ni les habitants de la région ni Ecosud, qui siège sur le comité mis en place pour le développement durable, n’auraient été consultés pour ces travaux qui, selon les informations, ne disposeraient d’aucun permis d’Environment Impact Assessment (EIA).
Pour les habitants de Blue Bay et les membres d’Ecosud, les préjudices environnementaux causés par ces travaux sont irrémédiables. D’autant que l’abattage des arbres sur le site entraînera une accumulation de boue et autres sédiments dans le parc marin, causant a posteriori d’énormes dégâts à la faune et la flore du parc. Ils soulignent également le danger que représenterait la construction d’un bâtiment situé dans l’axe de la piste d’aviation de l’aéroport SSR. Inquiets, ils ont ainsi logé une demande d’injonction en Cour vendredi dernier, réclamant l’arrêt des travaux.
La demande d’injonction faite par Ecosud et deux habitants de Blue Bay, Marie Edith Nella Buckland et Maureen Doris Sénèque, a été logée contre le ministère de la Pêche et l’État, et implique également le ministère de l’Environnement, le ministère de l’Agro-industrie, le Premier ministre, ainsi que le conseil de district de Grand-Port-Savanne. N’ayant pas entendu les défendeurs, le juge Prithviraj Fekna n’a pas donné l’ordre ex-parte et a fixé l’affaire en chambre lundi matin. Le parc marin,  avec l’estuaire de Terre Rouge et les terrains marécageux de Pointe d’Esny, fait parties des trois sites mauriciens classés Ramsar. Les protestataires ont ainsi alerté le Comité Ramsar ainsi que plusieurs députés.