Après une semaine d’attente, les pêcheurs de Trou d’Eau Douce qui s’élèvent contre les travaux de dragage dans le lagon effectués par Sun Resorts, notamment devant le Touessrock, ont finalement obtenu une rencontre avec la direction de l’hôtel hier. Une rencontre mi-figue, mi-raison, les pêcheurs, réclamant une compensation suivant, selon eu,x leur manque à gagner dû aux travaux de désensablement qui détruisent les ressources marines et autres algues utilisées pour leurs activités professionnelles – n’ayant obtenu qu’une nouvelle rencontre, prévue mercredi pour entendre la décision de Sun Resorts. L’association des pêcheurs de la localité attend prendre connaissance de la décision de Sun Resorts pour décider des actions éventuelles en vue de faire respecter le droit des pêcheurs.
Lors de la réunion qui s’est tenue hier entre la direction de Sun Resorts et des représentants des pêcheurs, ces derniers ont eu l’opportunité d’aborder plusieurs points dont principalement la menace pour leur gagne-pain que représente ces travaux déjà effectués devant le Touessrock et qui devraient être entamés à compter de cette semaine au niveau du Passage Grand Courant entre l’île-aux-Cerfs et l’îlot Mangénie. Dev Bhugaloo, président de l’association des pêcheurs de la localité, indique que la direction du Touessrock a pris compte des doléances des pêcheurs, non seulement à travers une lettre officielle que l’association lui a fait parvenir, mais aussi de vive voix.
« Ils ont écouté et répondu à certaines de nos questions. Ils souhaitent toutefois réfléchir aux problèmes auxquels nous faisons face. Nous aurons une réponse mercredi », dit-il. Il fait ressortir que même si les travaux sont terminés au niveau de l’hôtel Touessrock, les pêcheurs en souffrent. « Nous leur avons expliqué que si l’hôtel est le winner, les clients sont happy et que les plaisanciers sont satisfaits, nous, les pêcheurs, nous sommes lésés. Ces travaux ont dérangé et détruit l’écosystème dans cette zone du lagon. Et les pêcheurs souffrent aujourd’hui d’un sérieux manque à gagner », dit Dev Bhugaloo. Et de rappeler que ces travaux ont été entrepris sans consultation avec les pêcheurs et suivant une Environment Impact Assessment (EIA) Licence en date de 2004.
D’où la réclamation d’une compensation financière « that will satisfy all parties in the interest of one and all ». Une question sur laquelle la direction de Sun Resorts devrait se pencher cette semaine. A la lumière de la décision qui leur sera communiquée par Sun Resorts, les pêcheurs prendront les actions qu’ils jugeront nécessaires pour faire respecter leur droit. En attendant, les travaux de désensablement du Passage Grand Courant entre l’Ile-aux-Cerfs et l’îlot Mangénie devront démarrer cette semaine.