La Mauritius Ports Authority (MPA) prévoit d’effectuer des travaux maritimes et civils dans le port à partir de septembre prochain. Les pêcheurs de la région sont d’avis que cela aura un impact direct sur leur activité. La MPA, qui ne partage pas cet avis, précise que la zone concernée se trouve à l’intérieur des limites du port où la pêche est interdite. La MPA se dit toutefois à l’écoute des pêcheurs et attend leurs propositions.
Agrandissement du parc à conteneurs, consolidation des emplacements de chargement sur une étendue de 560 mètres, construction d’une barrière de protection et approfondissement des quais jusqu’à 16,5 mètres… ce sont les projets qui nécessiteront de gros travaux dans la région du port dès le mois prochain. La MPA a réuni les pêcheurs de Bain-des-Dames, de Roche-Bois et de Baie-du-Tombeau la semaine dernière, afin de les tenir informés des développements à venir.
Ces derniers ne cachent pas leurs craintes concernant ces travaux qui, soutiennent-ils, auront un impact direct sur leur activité. « Nous voulons la garantie que notre avenir est assurée. Il n’est pas question de chercher une compensation. Le développement ne doit pas se faire au détriment de l’environnement marin et des personnes qui y gagnent leur vie », affirme pour sa part Judex Rampaul, président du Syndicat des pêcheurs (SPM). Il est déjà très difficile, dit-il, pour les pêcheurs de gagner leur vie avec la hausse du prix de l’essence et le manque de poissons dans le lagon. Qui plus est, rappelle-t-il, les pêcheurs artisanaux doivent faire face à la concurrence des bateaux industriels étrangers qui pêchent à 15 milles nautiques de nos côtes.
Judex Rampaul insiste pour que la réalité des pêcheurs soit prise en considération. « Autrement, nous prévoyons une grande manifestation pour empêcher le début des travaux. »
De son côté, la MPA a émis un communiqué rappelant qu’elle avait déjà pris l’initiative de rencontrer les pêcheurs la semaine dernière, afin de prévenir tout malentendu. « Les pêcheurs ont fait part de leurs inquiétudes que nous avons pris en considération. Nous accueillons également leurs propositions afin de limiter l’impact sur leur activité. D’autres autorités, comme le ministère de la Pêche et la National Coast Guard, seront aussi impliquées dans les consultations. »
La MPA précise également que la construction d’une barrière de protection est envisagée afin de minimiser l’impact sur le lagon lors des travaux de dragage.