Les travaux en cours actuellement sur l’autoroute M1, et plus précisément au niveau du pont Mattur jusqu’à Ébène, n’ont pas manqué d’attirer l’attention des usagers de la route. Non pas que ces travaux s’effectuent de nuit, mais surtout par rapport à la nature des travaux en cours. En effet, au fil des jours, depuis près de deux mois maintenant, la verdure sur l’autoroute disparaît petit à petit. Les haies qui agrémentaient agréablement le paysage en milieu d’autoroute ont été rasées sur plus d’un kilomètre. Cela pour faire place à du béton.
Une véritable eyesore, car contrastant drastiquement avec le paysage verdoyant des deux côtés de l’autoroute, mais justifiée par les autorités qui avancent que ces travaux de remplacement des rambardes en métal par des glissières en béton visent à assurer plus de sécurité aux automobilistes. Ce qui laisse sceptiques plus d’un, certains estimant que lorsqu’un véhicule se heurte à du béton, l’impact peut être fatal. Un avis non partagé par la Traffic Road Management and Safety Unit (TRMSU). Selon les relevés de la police concernant les accidents de la route, ce site figure parmi les Hazardous Locations, soit parmi les endroits les plus à risques d’accident. Rien que depuis le début de l’année, il a fallu changer les rambardes en huit occasions, explique la TRMSU. D’où la demande de l’organisme aux autorités policières de réduire la limitation de vitesse à cet endroit, à 80 km/h au lieu de 110 km/h comme c’est le cas généralement le long de l’autoroute.
Toutefois, en raison des travaux en cours, la limite de vitesse a été réduite à 60 km/h. Si d’aucuns pointent du doigt la nouvelle marge de sécurité installée, estimant qu’outre d’être une eyesore, cela risque de provoquer davantage d’accidents fatals, les autorités soutiennent que ce ne sera pas le cas, au contraire. Évoquant le nombre d’accidents à cet endroit, dont un des plus marquants est celui survenu le 22 juillet 2009 alors qu’un camion transportant du sucre a percuté un policier qui se trouvait sur les lieux après un autre accident fatal survenu quelques heures plus tôt dans lequel un médecin fut tué au volant de sa voiture, elles rappellent que ce site est propice à l’aquaplane. « Outre les pertes de vie, souvent des véhicules traversent la rambarde en métal et se retrouvent de l’autre côté de l’autoroute, avec pour conséquence la provocation d’autres accidents. Le remplacement des rambardes coûte beaucoup à l’Etat », dit-on. 
Ainsi, insiste la TRMSU, l’installation de ces glissières en béton vise à réduire le nombre d’accidents fatals. Nombre qui depuis le début de l’année à ce jour a atteint le chiffre de 81, avec 86 morts. Selon l’organisme, en équipant les terre-pleins centraux d’autoroute de glissières en béton, lorsque l’angle de percussion est faible, le talon inférieur de la glissière en béton, qui est incliné, supporte la roue du véhicule et contribue ainsi à le rediriger vers la chaussée en conservant sa trajectoire. Le plus grand avantage des glissières en béton est qu’elles sont pratiquement infranchissables par les poids lourds, laisse-t-on comprendre. 
Quelque Rs 26 M ont été déboursées pour ces travaux étalés sur 1,6 km à partir du fly-over de Réduit, jusqu’à plus de 500 mètres après le pont Mattur. Répliquant à ceux qui pointent du doigt l’accumulation d’eau à cet endroit, provoquant en mainte occasions, principalement durant cette période hivernale, des aquaplanes, la TRMSU indique avoir fait provision pour des drains. Déjà, affirme-t-on, le nombre d’accidents à cet endroit a diminué depuis deux mois que les travaux sont en cours.