Véritable plaie que celle d’être un citadin de Quatre Bornes ces jours-ci tellement la ville semble avoir été bombardée. En cause: les travaux de tout-à-l’égout en cours. Il règne un tel chaos dans pratiquement toutes les rues principales provoquant de surcroît un embouteillage monstre, que les habitants de cette ville et encore plus les visiteurs ont dû mal à se repérer pour se diriger vers leur desination. Sans compter que les travaux dans les petites rues latérales gênent tout aussi énormément les citadins, contraints pour certains de laisser leur véhicule à plusieurs mètres de leur domicile.
Avenue Farqhuar, Avenue Belle Rose, Sir Virgil Naz, Avenue Ollier, Avenue Boundary, La Louise… Ces routes, pour ne citer que ces quelques axes principaux, sont fermés sur certaines parties aux automobilistes. Cela, en raison des travaux entrepris pour raccorder les foyers au réseau tout-à-l’égout par la Waste Water Management Authority (WMA) dans le cadre du Lot 2 et Lot 1A du Plaines Wilhems Sewerage Project. Ces travaux, plus précisément ceux du Lot 2 visant à raccorder environ 12 500 foyers dans les régions de Quatre-Bornes, Sodnac et Belle-Rose au réseau d’assainissement sur une superficie de 665 hectares devraient durer jusqu’en décembre 2013. D’autres phases du projet s’étaleront sur plusieurs mois encore. En attendant les inconvénients causés aux usagers de la route sont conséquents.
En effet, outre la poussière et la pollution sonore occasionnées par ces travaux de Street Sewer et House Connection, ce sont principalement les déviations qui provoquent la grogne des automobilistes contraints de trouver leur voie le long d’un labyrinthe qui change constamment.
Impossible de se retrouver de ce capharnaüm
En dépit des panneaux de déviation, c’est en effet un véritable chemin de croix auquel doit s’adonner les usagers de la route pour circuler dans Quatre Bornes. Et c’est sans compter les embouteillages occasionnés, provoquant des retards des automobilistes chaque matin pour aller au travail et rentrer chez eux. Le calvaire est tout aussi conséquent pour les piétons qui sont confrontés à des obstacles parfois très dangereux tandis que les arrêts d’autobus ont plusieurs fois changé de place. Quand aux autobus leur trajet aussi a été soumis à des modifications. Dans ce capharnaüm il devient souvent impossible de se retrouver. C’est d’ailleurs dans cette optique que les citadins ont envoyé des lettres de protestations contre la fermeture simultanée de plusieurs routes à Quatre Bornes aux autorités concernées, recherchant par la même occasion à comprendre l’empressement de compléter ces travaux, qui provoquent le chaos dans la ville.
Au niveau de la WMA on assure que les dispositions ont été prises pour atténuer l’impact sur la circulation routière – avec notamment des communiqués diffusés sur les ondes radiophoniques pour informer les automobilistes des déviations effectives, ou encore avec des policiers placés 24h/24 à l’angle des principales routes déviées. Il n’en demeure pas moins que les habitants de Quatre Bornes vivent très mal cette situation qui dur depuis plusieurs mois. Ce qu’ils ne comprennent surtout pas, c’est que de nouveaux travaux sont régulièrement entrepris là où l’on pensait qu’ils étaient terminés. Avec à la clé des désagréables surprises d’avoir à faire demi route lorsqu’on emprunte certaines artères.
En outre, en raison des fouilles effectués devant les domiciles, certains citadins se retrouvent contraints à laisser leur véhicule à des centaines de mètres plus loin que leur demeure, pour rentrer chez eux. A ce problème, la WMA soutient tenir les citadins au courant, une semaine avant que les travaux ne soient entamés, des parkings gratuits et surveillés mis à leur disposition pour éviter les inconvénients. Et de faire ressortir que flyers sont distribués à tous les foyers concernés. Cependant bon nombre de Quatre-Bornais disent ne pas être au courant de ces mesures et ne sont guères rassurés d’avoir à laisser leur véhicule si loin de leur habitation.
A ce stade, les travaux de tout-à-l’égout dans le cadre du Lot 2 sont complétés à environ 95% et plus de 7 285 maisons ont déjà été raccordées. Provision a été faite pour le raccordement d’environ 4 100 autres maisons dans les mois à venir. Déviation de routes, nids de poule, gravats, pollution sonore, poussière… S’ils concèdent que ces travaux sont nécessaires, les citadins n’arrivent toutefois pas à comprendre pourquoi ces travaux s’éternisent. Et surtout le désordre dans le cadre de ces travaux. « Tantôt ils sont dans notre rue, le lendemain dans l’autre rue, et puis ils reviennent dans notre rue, c’est un véritable chemin de croix pour nous de circuler dans la ville », disent-ils. Et de souligner leur incompréhension face au chaos de ces travaux qui s’éternisent, entrepris en parallèle dans différentes rues, alors qu’il aurait été plus simple d’entamer des travaux rue par rue… Mais la logique économique semble une fois encore prendre le dessus sur le confort et respect des citadins.