Le leader du MMM a participé hier soir à une réunion organisée route Hugnin, à Trèfles, plus précisément dans la cour de la famille Muthur. L’occasion pour Paul Bérenger de commenter la compensation salariale, signe, selon lui, que le gouvernement « a fait le maximum d’efforts » pour satisfaire les travailleurs. « Nou fin fer enn bel zefor. Avek sa konpensasion-la nou pe anvoy enn mesaz for… Se sa lekip-la ki pou kapav rezoud problem pei », a-t-il poursuivi. Intervenant à son tour, l’ancien PPS Reza Issack a fait une sortie en règle contre sir Anerood Jugnauth, qu’il accuse d’avoir « tenu à l’écart la communauté musulmane » alors qu’il était Premier ministre.
La réunion d’hier soir, à Trèfles – qui a démarré aux alentours de 21 h –, a permis à Paul Bérenger et les deux autres candidats de l’alliance PTr-MMM, à savoir Stéphanie Anquetil et Deven Nagalingum, de s’adresser à une assistance composée essentiellement de membres de la communauté musulmane. En raison de l’heure tardive, le leader du MMM n’a cependant pas tenu un long discours, s’attardant essentiellement sur la nouvelle compensation salariale, qui prendra effet à partir de fin janvier. Paul Bérenger a ainsi qualifié la journée d’hier de « spéciale », et ce en raison justement, selon lui, de l’annonce du montant de cette compensation. « Azordi se enn zour inportan. Montant konpensasion salarial inn done zordi, se enn lokasion spesial. » Il a en ensuite fait la comparaison avec le montant octroyé ces trois dernières années alors que Xavier-Luc Duval et Pravind Jugnauth étaient ministre des Finances. « Zot finn donn Rs 300 selman pendan 3 banane. Nou pe donn Rs 400 a bann travayer oba de lesel et ene som ki al ziska Rs 800 pour lezot kategori. Nou finn fer enn bel zefor. Nou finn fer maximum pou travayer sa pei-la », a affirmé Paul Bérenger. Dans le même souffle, il a donné des indications quant à une augmentation à venir, dit-il, concernant l’allocation aux personnes âgées et aux autres bénéficaires de la Sécurité sociale. « Dan kelke zour Ramgoolam pou anonse bann sif », a laissé entendre Paul Bérenger.  
Pour sa part, Deven Nagalingum a admis qu’il « y  a un certain retard a rattraper en termes de développement » dans la circonscription, mais que les députés, ces dernières années, selon lui,  « ont fait beaucoup d’efforts » pour régler les problèmes des habitants. « Dès que nous serons au gouvernement, nous vous promettons de redoubler d’efforts pour rattraper ce retard. Nou pou fer desort ki sa lavil-la regayn so lekla ki li ti ena dan lepasse », s’est ainsi engagé Deven Nagalingum.
La candidate Stéphanie Anquetil qui, depuis quelques jours seulement, commence à découvrir les différents quartiers de la circonscription et leurs réalités, se dit pour sa part « heureuse et fière » d’être la colistière du leader du MMM. « C’est un grand honneur pour moi et pour ma famille que je sois candidate à côté du candidat mythique Paul Bérenger », a-t-elle dit. Son  intervention était principalement axée sur le projet de la IIe République, celle-ci demandant à l’assistance de « ne pas se laisser influencer par les propos » de leurs adversaires « et de tous ceux qui avancent que ce changement serait une menace pour la démocratie » du pays. « Sir Anerood Jugnauth mal plase pou koz diktatir », a-t-elle martelé en évoquant l’épisode des billets de Rs 20 sur lesquels figure l’effigie de Lady Jugnauth.
Reza Issack, député sortant de la circonscription et ancien PPS, a, lui aussi, fait le procès de sir Anerood Jugnauth, condamnant l’attitude de ce dernier envers la communauté musulmane alors qu’il était au pouvoir. « Ou bizin kone kouma a enn sertin moman de listwar ou ti exkli konpletman e kot pa ti met okenn minis kominote mizilman », a affirmé Reza Issack. Ce dernier s’est en outre permis de faire « la leçon » aux journalistes hier en se référant à son parcours dans la presse. Et d’affirmer qu’il a toujours « respecté sa plume » et qu’il « a toujours dit la vérité ».