Le Racing Club de Maurice a tenu hier soir à honorer un de ses membres les plus illustres, en l’occurrence Eddy Balancy, pour la promotion dont il a bénéficié depuis le début de l’année, c’est-à-dire son installation comme Senior Puisne Judge, faisant de lui le n° 2 du judiciaire.
Plusieurs personnalités étaient présentes à cette réception, dont la vice-Présidente de la République Monique Oh San-Bellepeau, le juge Benjamin Marie-Joseph, la députée MMM du n° 19 Lysie Ribot et le père Jean-Maurice Labour, vicaire général.
Citant quelques grandes dates du parcours du SPJ, Jean-Claude Ducasse, président du Racing Club, a rappelé que celui-ci est né le 6 mai 1953. Il a fréquenté l’école de La Salle RCA jusqu’à la cinquième avant de rejoindre la Notre-Dame des Victoires RCA, où il s’est classé 6e lors des examens de la petite bourse. Il a ensuite fait ses études secondaires au collège Royal de Port-Louis où, en 1972, il a été lauréat de la bourse d’Angleterre dans la filière classique. Eddy Balancy s’est rendu en Angleterre l’année suivante pour se rendre au King’s College avant d’adhérer à la Brunel University, où il a obtenu sa maîtrise en sociologie du droit. Par la suite, il a pris part aux examens professionnels dispensés par le Council of Legal Education et a été “called to the Bar” en août 1978 au Middle Temple.
De retour à Maurice, Eddy Balancy a exercé pendant peu de temps à titre privé avant d’être nommé magistrat, notamment à la Cour de district de Rose-Hill et à celle de Rodrigues. Puis il s’est joint au Parquet, où il a occupé plusieurs postes à divers échelons. Il a même assuré l’intérim aux postes de DPP et de Solicitor General. Depuis 1994, il fait partie du corps judiciaire.
Marié et père de deux enfants, Eddy Balancy est également grand-père d’une petite-fille, qui vit à Londres avec ses parents.
Le président du club hôte dira d’Eddy Balancy qu’il est « un homme vif à la répartie facile, d’une intégrité sans faille dans toutes les fonctions qu’il a occupées », avant d’ajouter que l’intéressé aura su « se frayer un chemin dans sa vie professionnelle » et a été « l’auteur de plusieurs jugements ayant fait date dans le judiciaire ».
S’adressant brièvement aux membres du Racing Club, le SPG les a remercié pour leur « témoignage d’amitié et leur soutien moral qu’ils lui ont apporté dans son parcours professionnel, semé d’embûches ». Il a qualifié les fonctions de juge de « très exigeantes », celles-ci réclamant « beaucoup de sérénité pour pouvoir manoeuvrer, surtout avec des dossiers de plus en plus complexes et des responsabilités de plus en plus lourdes » depuis sa nomination. « Mais grâce à votre soutien, je suis plus serein », a-t-il conclu.
Soulignons que Richard Driver, un des responsables des activités sportives du Racing Club, a remis un trophée souvenir à Eddy Balancy. Il a été celui qui a restructuré l’école de football du Racing et s’est également consacré, chaque samedi matin, à la formation de 150 jeunes fréquentant cette école. Il a maintenant décidé de se retirer du service, d’où le geste des dirigeants du Racing Club.