2012 sera remplie de défis pour Matthieu Mamet. Ce sera une année charnière pour celui qui représente l’avenir du triathlon mauricien et pas seulement d’un point de vue sportif. En effet, il se présentera à ses examens de fin de cycle secondaire, le baccalauréat, au mois de juin. Mais auparavant, il se focalisera sur sa préparation pour les Championnats d’Afrique qui auront lieu à Maurice le 31 mars au Morne.
« Mon objectif principal cette année, est bien entendu le championnat d’Afrique fin mars. Je suis d’autant plus motivé à bien faire du fait qu’il aura lieu à Maurice », confie le principal concerné.
En principe, le triathlète devrait prendre part à l’ITU African Cup de Cape Town en Afrique du Sud le 19 février, ce qui constituera un bon galop d’essai. Aux Championnats d’Afrique cette année, Mamet vise ni plus ni moins que la médaille d’or chez les juniors. En 2011, à Maputo au Mozambique, il avait décroché la médaille d’argent derrière le Sud-Africain Wian Sullwald. Mamet avait alors bouclé les 750m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied en 1h06:05 contre 1h03:30 à Sullwald. Cette année encore, celui-ci devrait être son adversaire le plus sérieux. « Wian Sullwald est très fort et il sera cette année encore le favori au titre chez les juniors à moins qu’il n’opte pour la course des moins de 23 ans », déclare Mamet.
Les JO de 2016 dans le viseur
Le triathlète est entraîné par l’ancien Directeur Technique National (DTN), Pascal Auger. Celui-ci a fait un séjour à Maurice et est reparti pour la France hier. Le technicien et son protégé ont au l’occasion de parler des projets pour 2012 et de travailler ensemble. « Pour ce premier gros objectif de l’année, Matthieu effectuera un gros volume d’entraînement en natation. On a remarqué qu’il sortait de l’eau avec un retard d’environ 45 secondes par rapport aux meilleurs. Le but est de réduire cet écart à 20 secondes pour que Matthieu dépense moins d’énergie pour revenir sur la tête de course après la partie de natation. Ainsi, il lui restera du jus pour bien finir en course à pied », explique Pascal Auger.
Outre celui-ci qui l’entraîne à distance, Matthieu Mamet est aussi suivi par l’ancien nageur de haut niveau et médaillé d’or des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI), Gaël Adam. « Cela fait un peu plus d’un an que je m’entraîne avec Gaël Adam pour la natation et cela porte ses fruits », indique Mamet.
Après les championnats d’Afrique, celui qui est élève au Lycée des Mascareignes à St Pierre, devra se concentrer sur ses études car son baccalauréat est prévu pour juin. « Une fois les championnats d’Afrique terminés, je vais faire une pause pour me consacrer à mes études. A ce chapitre, j’aimerais remercier le Trust Fund for Excellence in Sports (TFES) et le groupe CIEL qui m’ont aidé à gérer la pratique du triathlon et les études parallèlement ces dernières années », déclare le triathlète.
Matthieu Mamet compte mettre ensuite le cap sur Toulouse en France pour des études universitaires dans le domaine de l’ingénierie. « Je projette de me rendre à Toulouse pour entreprendre des études en ingénierie mais je ne vais pas arrêter le triathlon. Je vais faire des démarches pour trouver un club dans la région », fait ressortir notre interlocuteur.
Selon le père de Matthieu, Jean-Maurice, des contacts seront établis avec le Sud Triathlon Performance qui est un club de 2e division basé à Toulouse. « C’est le meilleur club de D2 que l’on ait trouvé dans la région », indique Jean-Maurice Mamet.
Pour Pascal Auger, « il est essentiel de trouver à Matthieu un club bien structuré au sein duquel, il pourra s’épanouir et progresser comme il se doit. »
Parce que le jeune triathlète a aussi des objectifs à long terme. « Si pour l’immédiat, ce sont les championnats d’Afrique qui sont l’objectif le plus important pour Matthieu, il demeure qu’il a aussi des objectifs à long terme. Et là, je parle des Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro au Brésil. Matthieu est venu en France l’année dernière et il a réalisé des résultats intéressants. Il aura de la confrontation, ce qui lui permettra de progresser année après année afin de réaliser son rêve qui est de participer aux JO de 2016 », explique Pascal Auger qui est confiant dans les capacités de son protégé.