La délégation mauricienne qui s’alignera le 25 mai aux championnats d’Afrique de triathlon à Agadir, Maroc, sera fortement représentée par dix triathlètes. En effet, au moins six concurrents feront le déplacement à leurs frais, nous a indiqué Alain St Louis, secrétaire général de la Fédération mauricienne de triathlon (FMTri). Cette sélection sera dirigée par l’entraîneur Stefano Mariette et s’envolera le 21 courant pour Casablanca avant de rallier Agadir le jour suivant.
La délégation mauricienne rejoindra sur place Alain St Louis. Ce dernier se trouve depuis lundi à Lahache au Maroc en tant que délégué technique de l’Union africaine de triathlon (ATU) en marge de l’étape de Coupe d’Afrique prévue samedi à cet endroit. Il rejoindra la délégation à Agadir où se tiendra les 23 et 24 courant l’assemblée générale annuelle de l’ATU.
La sélection mauricienne est composée de Boris Toulet, Fabienne St Louis (Elites), Douglas Carver, Laurent L’Entête, Candice de Falbaire, Miléna Wong, Georgia Zheemba (juniors), Grégory Ernest, Mathias Mongelard et Timothée Hugnin (jeunes). Fabienne St Louis, Boris Toulet, Douglas Carver et Grégory Ernest sont les seuls à avoir été totalement pris en charge par la fédération mauricienne contrairement aux autres dont les frais d’inscriptions uniquement ont été assumés par la FMTri. « Nous les avons déjà inscrits, mais ils feront le déplacement à leurs frais, faute de moyens disponibles », nous a indiqué hier matin Alain St Louis.
Les deux expatriées que sont Fabienne St Louis (Lagardère Racing Paris) et Candice de Falbaire (Fort Romeu) feront le saut à Agadir. Cette dernière s’était imposée chez les juniors le 5 mai dernier au triathlon de la Grande Motte, « une épreuve de grande renommée et qualificative pour les clubs de 3e division en vue des championnats de France », fait-elle ressortir. Elle avait été créditée de 1h02 à l’arrivée, passant largement au-dessus des minima qualificatifs imposés par la FMTri (1h11).
Toutefois, les distances étant sensiblement inférieures en natation et supérieures en vélo que celles établies par la FMTri, sa performance ne fut pas validée en tant que minimum. « La distance de la partie vélo était de 16 km au lieu de 20 et celle de natation de 800 m au lieu de 750 », fait-elle ressortir. « Dû au froid (ndlr : la température limite est de 13°C faute de quoi le triathlon est annulé), j’ai fait une nage moyenne. On avait la sensation de nager dans un ice bath. Je termine cette première partie de la course en 15’38. Ensuite j’arrive à me placer dans un bon groupe de vélo qui m’amène à faire une très bonne course à pied en 21’55 où j’ai tout donné, sachant que cette course pouvait me permettre de me qualifier pour les championnats d’Afrique qui sont un de mes principaux objectifs cette année. Je réalise pour la première fois 1h02 à l’arrivée. Je termine également 3e troisième junior derrière Morgane Branchoux, qui fait partie de la liste des athlètes de haut niveau français et qui termina 27e sur 150 filles et garçons confondus. J’étais très, très contente de mon temps, surtout que c’est le premier triathlon auquel je m’aligne cette année après une bonne saison de cross-country assortie d’une qualification aux championnats de France et une seconde place au duathlon départemental et régional. »
Déception
Elle dut donc, à la demande de la FMTri, repartir à l’assaut des minima le 15 mai dernier au triathlon de Pierre Latte, une épreuve comptant pour les demi-finales des championnats de France et où le niveau était non moins relevé. « La bonne nouvelle est que je suis qualifiée pour les championnats de France en prenant la 7e place et la première concurrente de ma section sportive de Fort Romeu », confie-t-elle. Néanmoins, elle ajoute que son temps de 1h14’18 réalisé à l’arrivée s’explique par le fait que les distances étaient cette fois plus longues, soit 21 km en vélo et 5,4 km en course à pied. « Mon temps en natation fut de 11’41, en vélo 40’48 où les conditions atmosphériques étaient froides et en course à pied 21’49. Si on enlève les 2’00 de surplus en vélo et les 2’00 en course à pied, cela me ramène à un temps de 1h10’18, ce qui est toujours dans les limites des minima. Le vainqueur a terminé en 1h10’15. »
Reste que Candice de Falbaire se dit déçue de n’avoir pas été sélectionnée par voie de minima, malgré sa performance réalisée à sa dernière tentative. « Je suis vraiment très déçue car je m’entraîne très dur depuis deux ans et je dois gérer mon bac et mon sport. L’année dernière, je n’ai pas souhaité demander ma sélection car je ne me sentais pas vraiment prête pour un podium. Mais cette année, je suis prête à me battre avec les meilleures d’Afrique et je ferai tout pour monter sur le podium. Les championnats d’Afrique seront mon avant-dernière course avant les championnats de France, puis je me consacrerai pendant les trois dernières semaines à mon bac », a-t-elle conclu.