De nouvelles perspectives s’ouvrent à Grégory Ernest. Double médaillé d’argent en U23 et Elites hommes le 7 mai au sommet continental à Yasmine Hammamet en Tunisie, le triathlète évoque dans un premier temps une éventuelle participation aux mondiaux prévus du 14 au 17 septembre à Rotterdam aux Pays-Bas et puis, surtout, les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, un objectif qu’il compte atteindre avec son coach.
Le Français David Bardi, on le sait, est celui-là même qui a accompagné l’ex-triathlète de haut niveau Fabienne St Louis durant deux campagnes olympiques qui ont culminé avec Londres 2012 et Rio 2016. Et depuis qu’il a débarqué en France début février pour des études en Sport Fitness, Grégory Ernest a donné une nouvelle orientation à sa carrière son l’impulsion de son coach. Il nous avait d’ailleurs confié avant son départ qu’il allait se spécialiser dans le coaching au centre de formation de La Croix Blanche à Paris pendant ses deux premières années de formation. Après quoi, il prévoyait d’entrer à l’université poursuivre dans la même filière.
Mais pour l’heure, sa participation aux mondiaux de Rotterdam n’est pas encore confirmée, puisqu’il attend « de faire le point avec ma famille et mon coach. » Par contre, il a déjà les yeux rivés sur la montée de son club (Élan Nautique du Val d’Yerres) en deuxième division. « La course décisive pour la montée se déroulera le 21 mai (demain) à Versailles. C’est la course la plus importante du club », avise-t-il. Pour Tokyo 2020, il avoue que l’échéance fait bien partie de ses plans avec son coach.
Grégory Ernest, 20 ans, avait fait le saut à Maurice pour quelques jours après sa participation aux Championnats d’Afrique de Tunisie. Il est reparti en France jeudi, sans doute en prévision de sa course de demain à Versailles. Il confie que depuis son arrivée à Paris, il s’est mis tout de suite dans le bain en s’entrainant très dur avec son coach. « J’ai fait des stages et je me suis frotté avec de très bons triathlètes et duathletes. J’ai surtout progressé avec le soutien de ma famille, mes amis et ma volonté de réussir. » Et d’ajouter que « le meilleur reste à venir car je peux devenir encore plus fort en restant motivé et aller chercher des points et de bons classements dans des compétitions internationales. » Il étend ses remerciements à son sponsor Emcar Sports-Cannondale Pro.
En Tunisie au début du mois, Grégory Ernest avait terminé 2e en U23, signant son temps le plus rapide en 1h53’09 derrière le Marocain Badr Siwane (1h52’14) sur 1500 m de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied. Mais on avait surtout oublié que cette course se disputait en même temps et sur les mêmes distances que la course Elite hommes. Bien que marquée par un tir groupé des Russes qui s’offrent les quatre premières places — Alexander Bryukhankov (1h47″01), Andrey Bryukhankov (1h47″03, Andrey Moiseenko (1h49″34) et Andrey Alypov (1h50″44) —, cette course a vu le Portugais Filipe Azevedo terminer 5e en 1h51’08 devant le premier Africain, le Marocain Badr Siwane (6e), et Ernest, 2e Africain (7e), alors que le Sud-Africain Keegan Cooke complète le podium continental en 1h53’30 (8e).