Fortunes diverses pour les deux triathlètes mauriciens qui étaient engagés samedi aux Jeux d’Afrique à Maputo. Sur distance sprint, Fabienne St Louis a relevé le défi en terminant sur la troisième marche du podium. À l’arrivée, elle réalise un chrono de 1h07’29 car devancée par deux Sud-Africaines. Dans l’épreuve masculine, Valéry de Falbaire prend la 5e place en 1h05’06.
Cette épreuve de triathlon disputée sur 750 m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied a réuni 22 concurrents et 9 concurrentes. Autant dire que la partie n’a pas été si facile pour les Mauriciens. Fabienne St Louis confirme néanmoins sa médaille d’or remportée en U23 (2e au classement élite dames) le 3 juillet dernier sur ce même parcours lors des championnats d’Afrique de triathlon disputés à Maputo.
Elle y avait alors relégué à la 4e place, mais sur distance olympique, la Sud-Africaine Carlyn Fisher, vainqueur de la course de samedi en 1h06’25. Nul doute que la Mauricienne aurait pu faire mieux. Notons que c’est bien la première fois que le triathlon figure parmi les 24 disciplines retenues aux Jeux d’Afrique.
Quatrième à Maputo en juillet, Valéry de Falbaire se classe donc 5e du sprint samedi derrière quelques adversaires très costauds qu’il côtoie depuis deux-trois ans dans les compétitions africaines dont le champion d’Afrique 2009 à Durban, le Sud-Africain Erhard Wolfaardt, le Zimbabwéen Chris Felgate (2e en 2009) ainsi que le Namibien Abrahim Louw, titré en juillet à Maputo.
Fabienne St Louis a quitté Maputo hier soir sur un vol à destination de Beijing (Chine). Toujours en quête d’une qualification olympique pour Londres 2012, elle sera en effet en action samedi à la World Championship Grand Final, épreuve qui devrait lui rapporter des points pour améliorer son rang au classement mondial.
On se souvient qu’en juillet, après son titre en U23 à Maputo, elle était passée 84e mondiale, devenant la 3e Africaine sur la liste derrière les Sud-Africaines Kate Roberts (18e) et Gillian Sanders (65e) qu’elle avait devancées à Maputo. Il lui restait à entrer dans le top 50 pour décrocher par la grande porte son billet pour Londres sans avoir besoin d’une wild card.