Alors qu’elle est rentrée à Maurice une semaine auparavant, c’est seulement lundi soir que la triathlète Fabienne St Louis a pu récupérer son vélo de compétition à l’aéroport en vue de sa participation aux championnats d’Afrique qui se tiendront samedi au Morne. Le service des douanes a gardé son vélo en arguant qu’il était à l’état de neuf, nous raconte, la Racingwoman de Lagardère Paris.
Le vélo de la marque Scott lui avait été offert depuis l’année dernière par son club « et donc je m’en suis servi durant plusieurs compétitions. Mais je dois forcément le garder en bon état. Mais les douaniers ne m’ont pas crue », nous dit la triathlète. Conséquence de l’incident : elle n’a pu s’entraîner à vélo pendant toute la semaine, se contentant à la place de séances de natation et de courses à pied pour se garder en forme.
« J’étais désespérée. Je suis rentrée expressément deux semaines en avance pour rouler au maximum avant les championnats. Mais ils n’ont rien voulu entendre. Ce n’est que ce matin (hier) que j’ai pu reprendre la route tout doucement pour un parcours de 60 km. C’est un peu trop juste pour me relancer à fond à quelques jours des championnats. »
Il a même fallu solliciter l’intervention du ministre de la Jeunesse et ses Sports, Devanand Ritoo, et même de Xavier-Luc Duval, vice-Premier ministre et ministre des Finances, pour que la situation se dénoue. « Et là encore, la douane nous a demandé de présenter une lettre officielle du MJS en ce sens. Hier encore (lundi), la réponse était toujours non, même si le contraire a été dit au ministère des Sports. On m’a dit qu’on allait me le rendre le 3 avril quand je partirai », affirme Fabienne St Louis. « Les douaniers ont même trouvé que j’avais deux vélos neufs à mon compte quand l’autre appartient à mon coach qui m’a accompagnée. Tout cela est pourtant bien clairement spécifié. »
Fabienne St Louis avait effectué sa rentrée sur courte distance (olympique) dimanche d’avant (18 mars) à Port-Elizabeth dans la deuxième étape de Coupe d’Afrique ITU où elle avait terminé 15e en Elite dames en 2h18’32 derrière six Sud-Africaines qu’elle risque de croiser dans trois jours au Morne. « C’était ma première sortie de l’année à l’inverse des Sud-Africaines qui en sont presque déjà au milieu de leur saison. Je n’étais pas encore prête, d’autant que j’avais eu une blessure au genou après ma course de Coupe d’Afrique à Maurice en décembre », explique-t-elle.
Cette blessure, ajoute-elle, s’est répandue jusqu’au dessous de son pied quand elle était en stage à Vittel en janvier. « J’ai passé un mois et demi sans courir et me soigner, car j’avais eu un genre de fracture de fatigue. Cela ne fait que trois semaines que je cours à nouveau. Port-Elizabeth arrivait un peu tôt, mais j’avais besoin de le faire avant les championnats d’Afrique. »
Fabienne St Louis est repassée actuellement dans le Top 100 mondial au classement ITU. Samedi au Morne, elle aura un titre de vice-championne d’Afrique en Elite dames à défendre face à une rude concurrence.