La magistrate Padmini Mauree siégeant en cour de Curepipe a acquitté cette semaine Me Sivasupramaniar Murday. L’homme de loi répondait d’une accusation de « molesting a public officer in the performance of his duty » sous les articles 2 et 3 (1) (a) de la Public Officers Protection Act.
L’incident s’est produit le 11 juin 2010 à rue Jules Koenig en face du tribunal de Curepipe. Selon son témoignage cette semaine, le sergent Korimboccus, assigné par la poursuite, avait été convoqué ce jour-là à comparaître comme témoin. Il a déclaré s’être rendu en uniforme au tribunal dans sa voiture.
Le sergent Korimboccus a garé son véhicule dans l’aire de stationnement à rue Jules Koenig, qui est à sens unique du poste de police à la Clinique Ferrière, passant ainsi devant la Cour. Une autre voiture se trouvait derrière la sienne.
Alors qu’il allait descendre de sa voiture, le témoin a vu un autre véhicule faisant marche arrière afin de se garer dans la place se trouvant devant la sienne. Le sergent a alors réalisé que l’autre véhicule l’avait frôlé. Il a toutefois constaté qu’aucun dégât n’avait été causé et a précisé qu’il ne connaissait pas l’identité du conducteur au moment de l’incident.
Le PS Korimboccus a aussi indiqué qu’il était resté calme et s’était adressé poliment au conducteur. Toutefois, a-t-il ajouté, celui-ci paraissait vexé et excité. Le chauffeur lui aurait dit : « Eh bonom, ena tape la ? » Le témoin n’a pas répondu et s’est dirigé vers le poste de police pour rapporter l’incident. Mais l’accusé a élevé la voix pour lui lancer, soutient-on : « To enn gard twa, petit c… I will force you out of the force ».
Selon le PS Korimboccus, il y avait plusieurs personnes, dont des femmes et enfants présents au moment des faits. Des élèves du Collège Royal ont cessé de jouer au football sur le terrain en face de la cour pour s’enquérir de la situation.
Le policier s’est dit profondément humilié dans son honneur, sa dignité et son prestige et rabaissé en tant que policier portant l’uniforme. Le PS Korimboccus a alors formellement accusé l’avocat en lui disant ses droits. L’accusé lui a alors répondu : « Al fer to deklaratyon, mo enn avoka mwa, mo pa per la cour. »
Après avoir écouté deux autres témoins de l’accusation (des policiers), la magistrate Padmini Mauree a d’abord analysé les articles de la loi sous lesquels répond l’accusé. Elle a conclu que la poursuite n’a pas établi que Me Sivasupramaniar Murday avait maltraité le sergent de police dans l’exercice de ses fonctions. De plus, elle a trouvé que le complainant ne s’était pas montré convaincant, ayant eu l’occasion d’observer ses « demeanour and body language » devant la cour. Elle a donc acquitté l’accusé.