Le leader du Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD), Xavier-Luc Duval, a estimé, hier soir, à Triolet, qu’il n’y aura pas de 60-0 aux prochaines élections législatives « mais si cela arrivait parce que l’opposition est divisée, le pays deviendrait ingouvernable et on ne pourrait changer à nouveau la Constitution pendant les 40 prochaines années ».
« Pe badinn ar nou pei, pe rod amenn li dan enn sitiasion ireversib », a lancé Xavier-Luc Duval lors de son intervention à ce congrès des bleus, en se référant à l’accord signé samedi dernier par les dirigeants de l’alliance PTr/MMM. Pour lui, cet accord a une lacune de taille dans le sens que « tout gouvernement qui s’apprête à demander un nouveau mandat au peuple doit présenter son bilan ». « Or, cet accord ne parle pas du bilan du PTr durant les dix dernières années me de ki zot pou fer si zot regagn pouvwar », dit-il. « Chacun des deux dirigeants de cette alliance pou ris so kote, pou lager e kisannla pou pey lepo kase ? Eski pou ena developman », s’est-il interrogé, avant de poursuivre : « Pouvons-nous laisser sombrer le pays et ne rien faire ? »
Le leader du PMSD s’est aussi demandé ce qui se passerait lorsqu’il n’y aura plus de confiance entre Paul Bérenger et Navin Ramgoolam. Il affirme que « si Paul Bérenger n’a pas hésité à laisser tomber Sir Anerood Jugnauth avec qui il était en alliance durant des mois, eski li pa pou anbet ou ? » Le PMSD, soutient-il, représente l’égalité des chances, la stabilité, le développement et le progrès pour le pays. « Partou kot ena PMSD so lamin, ena rezilta », dit-il.
Pour le secrétaire général du parti, Mamade Kodabaccus, « de diktater pe vini ». « Notre pays mérite mieux que cette alliance. D’ailleurs, une autre alliance est en préparation et elle sera comme un rotin bazar. Prepar ou pou sa », dit-il. Sanjay Dabydoyal a lui parlé de l’accaparement des terres et des plages publiques par les activistes du PTr. Les plages, dit-il, sont devenues des propriétés privées et le public a des difficultés pour y avoir accès. « Pe partaz sa kouma gato pima ».
Patrick Cavalot, un ancien membre du MMM, s’est dit « totalement déçu de ce qui se passe au sein de ce parti ». Il a qualifié Paul Bérenger de transfuge qui a quitté l’opposition où le peuple l’avait mis pour s’unir au gouvernement.
Roshan Seetohul a quant à lui rappelé le parcours du PMSD qui, dit-il, a fortement contribué au développement des piliers économiques du pays. « Le PMSD représente la stabilité et le développement », a-t-il dit, avant de citer le cas de Madagascar qui a connu une instabilité politique pendant des années. « Ce pays a énormément souffert et c’est ce qui arrivera à Maurice si ou met pei dan zot lamin ».
Ce congrès nocturne était présidé par la conseillère du PMSD à la mairie de Curepipe, Malini Sewocksingh.