« Chaque jour est un Family day. Le gouvernement et les institutions assument déjà leur part de responsabilité : la famille doit se ressaisir », pense le ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité Alimentaire. Satish Faugoo s’adressait hier aux élèves du Triolet State Secondary School dans le cadre des activités marquant le Family day.
Rappelant que le Family day a été décrété par les Nations unies, le ministre de l’Agro-industrie, qui assume également le poste d’Attorney General, a reconnu qu’il existe un problème au sein de la famille et du foyer. « La plus grande école, est la famille et le plus grand professeur, ce sont les parents », a soutenu le ministre. Citant Mère Teresa, il affirme que la paix trouve sa source au sein de la famille, citant d’emblée sur les initiatives des Nations unies en vue de redynamiser la famille. Élaborant sur les types de familles qui existe dans le monde, notamment le modèle européen (basé sur la famille cellulaire) et le modèle asiatique (basé sur la famille étendue), le ministre Faugoo évoque le pays comme un « microcosme de l’humanité ». Et de soutenir « il existe un modèle de la famille qui s’y développe ».
S’agissant des fléaux qui rongent la société, Satish Faugoo s’est appesanti sur la fragilisation du couple qui mène à la séparation ou le divorce, une situation qui amène à revoir la structure familiale. Selon lui, c’est la fragilité de la cellule familiale et des valeurs inculquées qui contribuent à la hausse de la criminalité. Et de s’interroger : « Est-ce que l’école vous apprend à commettre des crimes ? Le gouvernement peut-il à lui seul trouver de solution au problème de la criminalité ? »
Des solutions doivent être trouvées si chacun assume ses responsabilités, a soutenu le ministre de l’Agro-industrie . « Au bout du compte, il incombe à la famille de trouver des solutions. Chaque foyer doit pouvoir assumer ses responsabilités. Des études ont établi que les enfants suivis par leurs parents font mieux que ceux qui ne le sont pas. Les enfants qui prennent le petit déjeuner, le dîner et qui disent des prières ensemble avec leurs parents ont une attitude différente », a observé Satish Faugoo.
La rectrice de l’établissement a pour sa part retracé l’historique du Triolet State Secondary School. Elle a rappelé l’engagement des jeunes dans un projet agricole. « Des élèves donnent un coup de main pour cultiver la terre. Un potager, doté de plates-bandes, a été aménagé sur un terrain dans l’enceinte du collège », a souligné Yashwantee Jeetoo qui fait remarquer que des élèves commencent à montrer un intérêt pour l’embellissement du collège.
Au départ, l’établissement comportait que des élèves Prevoc. Il s’est transformé en école  secondaire en 2002. Le taux de réussite aux examens du SC est de 85 %, souligne la rectrice? Et d’annoncer que cette année un premier groupe d’élèves prendra part aux examens du HSC.