Vue récemment au Baz’Art à Mahébourg, la formation Triple R sort de sa coquille pour se faire connaître du grand public avec un premier single, Liberte Esklav. Six potes issus de Pointe aux Sables, partageant tous une affinité pour le reggae. Incursion dans le monde de la Roots Reggae Revolution.
C’est sur la plage publique de Pointe aux Sables, au crépuscule, que nous avons rencontré Didier Armel et sa bande. Certains le connaissent comme Zion, enfant de la balle et personnage incontournable des petites scènes reggae locales. Car, à lui seul, il insuffle une nouvelle vie aux titres d’Anthony B, d’Alpha Blondie, de Peter Tosh ou de Marley, les portant dans des versions acoustiques inédites. D’autres auront peut-être côtoyé un autre personnage, car Didier a été pendant huit ans officier de la Central Investigation Division (CID). Deux faces totalement différentes d’une même personne. Et souvent en conflit, avoue-t-il.