Alors qu’elle aurait dû être une maman comblée, Nathalie Augustin est angoissée. Elle a mis au monde des triplés, trois filles, Shanone, Shalone et Sharone, qui sont nées au septième mois de sa grossesse. Pesant 900 grammes, elles ont été placées en incubateur. La mère, habitant Pointe Coton, Rodrigues, fait appel à la solidarité. Compte tenu de l’état de santé vulnérable de ses bébés, elle doit rester à Maurice pour au moins encore trois semaines.
À Maurice depuis le 6 décembre 2013, Nathalie Augustin a été admise à l’hôpital Victoria dans un premier temps avant d’être transférée à celui de Rose-Belle, où son accouchement a eu lieu. Le poids des enfants, nées prématurément par voie normale, est source d’inquiétude pour elle, malgré l’assurance du personnel hospitalier. “Elles sont si petites que je ne peux m’empêcher de pleurer en les voyant”, nous confie Nathalie.
Son époux, Patrick Augustin, a regagné Rodrigues le 26 décembre, quelques heures avant la naissance des trois filles. “Cela m’a fait de la peine qu’il ait eu à rentrer à cause de son travail. Peu de temps après, j’ai ressenti des contractions.” Le père n’a pas encore vu ses trois filles. D’où la hâte de Nathalie de retourner dans son île natale pour être aux côtés de ses proches et leur présenter les trois nouvelles de la famille, qui compte déjà deux autres filles de 16 et 13 ans. 
L’arrivée des trois filles a apporté du bonheur à la famille et elle est considérée comme “enn kado Bondie”. Mais pour mener à terme sa grossesse, Nathalie a dû abandonner son emploi de femme de ménage dans un gîte à Rodrigues. Son époux, agent de sécurité, est désormais le seul gagne-pain de la famille.
Condition modeste.
De condition modeste, Nathalie lance un appel à la solidarité des Mauriciens afin de recueillir des couches, des vêtements pour nourrissons ou toute forme de don susceptible de l’aider le temps de son séjour à Maurice. Elle sera encore dans notre île pour encore au moins trois semaines, le temps que les trois nourrissons prennent du poids. Avec trois bébés sur les bras, il ne sera pas évident pour elle de reprendre rapidement le chemin du travail. 
Souvent seule sur son lit d’hôpital, Nathalie a tout le loisir de penser aux difficultés éventuelles qu’elle va rencontrer pour faire grandir les cinq enfants. Ses yeux pétillent en parlant de leur naissance mais son visage s’assombrit lorsqu’elle pense à leur poids et à leur santé, ainsi qu’à leur avenir.
En dépit du soutien que ses proches lui ont apporté à Rodrigues pour l’arrivée des triplés, la joie de la famille laisse parfois place à l’inquiétude, avec trois bouches supplémentaires à nourrir. 
Soutien. 
Les parents comptent entreprendre des démarches auprès de la Sécurité sociale à Rodrigues, une fois que la famille sera de nouveau réunie. Pour l’instant, elle peut compter sur le soutien de DIS-MOI et du travailleur social Alain Auriant de l’Atelier Sa Nou Vize à Rose-Belle. Le CEDEM et le Mouvement d’Aide à la Maternité ont aussi été approchés. Des proches vivant à Maurice rendent visite à Nathalie de temps en temps, mais cela ne l’empêche pas de se sentir seule, surtout lorsque les autres mamans sont entourées des membres de leurs familles.
Pour la petite histoire, les triplés du couple ne sont pas les premiers de la famille. Du côté des proches de Nathalie, il y a déjà eu des triplés. Dans la famille de son époux, on compte des jumeaux. 
Pour soutenir cette famille, les dons peuvent être déposés à l’Atelier Sa Nou Vize, chemin Capitol, Rose-Belle, ou en appelant le 627-9553 ou le 54-96-08-90.