La fraîcheur musicale qui régnait au Sapin samedi soir était si enivrante que la foule présente s’est inévitablement laissée emporter dans la belle vague artistique. Donnant de la voix sur les titres phares de l’artiste et bougeant par moment au rythme de cette musique inspirée d’ici. Le partage entre Tritonik et l’assistance était frappant. De même que le dynamisme qui se dégageait sur la scène.
Des interprétations colorées et envoûtantes. Un arrangement musical assez particulier. Une sono impeccable, qui apportait du punch au show. Des lumières appropriées. Le concert de lancement de Project One, le premier opus de Tritonik, s’est déroulé dans une ambiance tantôt planante, tantôt énergique. Rien de très impressionnant de la part de Triton, diront certains. Mais ce qui est sûr, c’est que dès que l’artiste s’est emparé de sa guitare et a lancé les premières notes de Madam Sere, c’était l’effervescence. Soutenu avec force par le percussionniste Norbert Planel, le tablatiste Shakti Shane Ramchurn, et Chouck, le show n’a été qu’un pur régal.
Pendant plus de deux heures, les chansons se sont enchaînées, le public s’est défoulé… Que de la bonne vibration ! Le clou de la soirée a sans doute été le moment où Eric Triton a repris son célèbre L’Unité. Se tenant tous par la main en signe de solidarité, les membres du public chantaient à l’unisson. Un grand moment de partage et de bonheur, rempli de sincérité.