Le Premier ministre a, lors de sa rencontre avec le président de la République française François Hollande, demandé le réexamen de la question de droit de souveraineté sur l’île Tromelin. Il a aussi été question du transfèrement des ressortissants français emprisonnés à Maurice pour trafic de subutex.
La demande de réexamen du dossier du droit de souveraineté sur Tromelin est due au retard considérable enregistré dans la ratification par le Parlement français de l’accord concernant la cogestion de l’île par la France et Maurice. Le Premier ministre a informé le cabinet hier avoir dit au Président français que si la France reconnaissait le droit de souveraineté de Maurice sur Tromelin, Maurice serait alors disposée de conclure un nouvel accord bilatéral sur sa cogestion, et ce sur la base du partage équitable (50/50) des ressources minérales, naturelles et de toutes autres ressources de Tromelin, ainsi que leur exploitation conjointe sur les mêmes bases. Le président Hollande a indiqué que la proposition mauricienne serait étudiée par  le gouvernement français.
L’accord-cadre sur la cogestion économique, scientifique et environnementale de Tromelin a été conclu en 2010 lors de la visite à Maurice du secrétaire d’État français chargé de la Coopération et de la francophonie Alain Joyandet. L’accord est assorti de trois conventions techniques portant sur la pêche, la protection environnementale et la recherche archéologique. La signature de l’accord faisait suite à des négociations entamées entre Maurice et la France en juin 2008 par le Président de la République d’alors, Nicolas Sarkozy, et Navin Ramgoolam.
L’accord, d’une durée de cinq ans, avait été ratifié par le Sénat et attend toujours d’être débattu au niveau du Parlement français. La façon de faire du gouvernement français avait été très critiquée à Maurice par le leader du MMM, Paul Bérenger.
Parmi les autres questions évoquées par le Premier ministre mauricien avec le président Hollande se trouvaient les arrestations de ressortissants français pour trafic de subutex. Navin Ramgoolam avait informé François Hollande que les amendements appropriés avaient été apportés à la politique mauricienne concernant le transfèrement des ressortissants français arrêtés à Maurice pour ce délit une fois que le jugement sera prononcé.
Durant son passage en France, Navin Ramgoolam s’est également entretenu avec la ministre française de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie Ségolène Royal. Parmi les sujets évoqués figurent le changement climatique ainsi que l’assistance française  pour l’utilisation soutenue, la gestion et la distribution des ressources en eau.
Navin Ramgoolam a aussi eu une session de travail avec Bernard Cazeneuve, ministre français de l’Intérieur. Il a été question de la consolidation des relations entre nos deux pays dans le domaine de la sécurité, de la lutte contre la piraterie et de la conclusion d’un accord bilatéral concernant le partage d’informations et la lutte contre l’épidémie d’Ebola. Avant de se rendre en France, Navin Ramgoolam se trouvait à Londres, où il a donné une conférence sur le thème “The rule of law and nation building” à l’invitation de la Gandhi Foundation et de la société de l’Inner temple.