Yannick Lincoln, leader du VCJCC-Bank One, a remporté le Trophée des Grimpeurs samedi, en franchissant la ligne d’arrivée en solo. Passé en mode grimpeur dès les premiers lacets de Chamarel, le Curepipien n’a pas eu à forcer son talent pour s’imposer en 56’54.
Il y a eu une course avant Chamarel. La course des secondes couteaux. La tactique était assez simple. Toutes les équipes devaient mettre leurs grimpeurs en orbite pour affronter les lacets de Chamarel. Car dès le départ, la nervosité est palpable. Les premières escarmouches fusent dès le km 0. Et la course devient, sur la partie plate du moins, une espèce de chassé-croisé où les coureurs se tancent les uns les autres.
On arrive à la première difficulté du jour, et on note que quelques coureurs se sont offert un bon de sortie. Derrière, Lincoln est bien au chaud. « Mais ça n’a pas roulé. Alors, j’ai mis le nez devant, sachant que Mike grimpe assez bien et qu’il ne fallait pas prendre risques », confie le vainqueur du jour.
À mi-course, c’est un peloton groupé qui passe la deuxième partie plate du parcours. Sachant que les enfers allaient se déclencher dès l’entrée de Chamarel, tout le monde économise ses forces.
Puis, on arrive à la montée. Les choses se décantent. Le peloton commence l’ascension du col en restant groupé. Mais la première attaque viendra du junior Grégory Lagane. Une attaque qu’il a initiée sous l’impulsion de Yannick Lincoln.
Devant, les fuyards, Adrien Sophie, les revenants Pascal Ladaub et Jean-Robert François, résistent. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que Lincoln, Lagane et Anthony Laurent (VCP) impriment un rythme d’enfer. Et alors que les quelques fuyards sont repris, Mike Chong Chin résiste. Mais avec Anthony Laurent qui a lâché et les deux Curepipiens qui impriment un gros rythme, Mike Chong Chin est vite rattrapé.
« Je savais qu’il fallait garder Mike dans ma ligne de mire », souligne Yannick Lincoln. Donc, avec Chong Chin repris et Grégory Lagane dans sa roue, les choses sont beaucoup plus simples. Sauf que le jeune Lagane tente de s’accrocher. La douleur et l’effort se lisent sur son visage. « En fait, quand il a commencé à grimper, il est parti sur des bases élevées. Sans doute une erreur de jeunesse. Mais il m’a vraiment impressionné », avance Lincoln.
Lagane lâche à son tour. Mais la partie vers Plaine Champagne lui permettra de recoller temporairement. « On ne pouvait pas se permettre d’attendre. » Une accélération et la course était définitivement pliée. En passant la ligne d’arrivée, Lincoln n’a même pas jubilé. Sûr de son talent et de sa force, il n’a pas paniqué. « Le Tour de Maurice n’est pas loin. Et moi, je voulais m’entraîner pour ne pas perdre le rythme. »
Mais il a lui aussi un voeu pour son jeune coéquipier. « J’espère qu’il pourra faire le Tour. Ce sera un bon tremplin pour lui au moment où il ira en Suisse », fait ressortir Lincoln. Il signera 56’54, alors que Lagane arrivera au bout de 57’52. Philippe Colin, du CPCC-Snowy, complète ce podium en 1h00’40.
Pour la première fois, les organisateurs ont prévu une course pour les cadets, sur le même parcours, avec la même arrivée. Et après 1h02’40 d’effort, Christopher Lagane, qui a les mêmes dispositions que son frère Grégory, s’est imposé loin devant Alexandre Mayer, qui passe la ligne après 1’10.