La CID de Trou-aux-Biches, avec l’aide de la police régulière, est sur la piste d’un réseau de prostitution étrangère, en particulier de Malgaches, opérant dans le nord. Outre l’arrestation de deux ressortissantes de la Grande île jeudi dans un salon de massage, les enquêteurs disposent de renseignements à l’effet que des filles malgaches viennent à Maurice avec des visas touristiques et que, pendant leur séjour, elles s’adonnent à la prostitution. Elles seraient recrutées par une de leur compatriote, qui a pour tâche de les « placer » dans certains lieux ou commerces en particulier.

D’ailleurs, en mars, le Passeport and Immigration Office (PIO) avait appréhendé 11 Malgaches dans une boîte de nuit, dont une femme enceinte, qui était soupçonnée d’être l’un des cerveaux de ce réseau de prostitution. Comme elles n’avaient pas collaboré, elles avaient été expulsées sans condition. En septembre, la “Tracking Team” du PIO avait appréhendé une dizaine de filles malgaches dont le visa était arrivé à expiration. Quelques-unes d’entre elles avaient déclaré au PIO qu’elles avaient été enrôlées dans un réseau pour se prostituer et qu’elles devaient remettre l’argent à leur « patronne », qui avait confisqué leur passeport.

Jeudi, la police de Trou-aux-Biches a reçu des renseignements à l’effet que des activités illégales se déroulaient dans un salon de massage de la localité. Ce commerce était utilisé comme paravent pour un business de prostitution. Une équipe de l’Emergency Response Team, emmenée par le Sub-Inspector Gopaul, assisté de la Field Intelligence Officer, s’est rendue sur la route principale, où se trouvait le salon. Ils sont alors tombés sur la propriétaire, une habitante de Triolet âgée de 41 ans. Les policiers lui ont montré leur mandat de perquisition et lui ont demandé à fouiller le local. Dans une première pièce, ils ont vu un couple nu en pleins ébats. Le client, âgé de 22 ans, est passé aux aveux. « Monn pai Rs 1 000 pou gagn relasyon ek sa madam-la. Mo finn pai Rs 500 lor la kes pou masaz. » Dans une autre chambre, c’est un jeune de 26 ans en compagnie d’une autre Malgache qui ont été appréhendés.

En plus, la police a saisi une somme d’argent dans la cabine. Les prostituées malgaches, âgées de 41 et 45 ans, la propriétaire du salon et les clients ont tous été emmenés au poste de police de Trou-aux- Biches pour y être interrogés. Selon les étrangères, elles travaillent comme esthéticiennes dans le salon tandis que leur patronne a allégué qu’elle ignorait leurs activités. Les clients ont été autorisés à partir après un avertissement. Les Malgaches ont été traduites en justice vendredi pour racolage tandis que la propriétaire du salon, elle, fait face à une accusation provisoire de “Brothel Keeping”. L’enquête se poursuit sous la supervision de l’ASP Juman.