Le président du conseil de village de Trou-aux-Biches, Michaël Momine, ne veut plus voir d’ordures déversées sur les routes et autres couches pour bébés jetées sur les terrains abandonnés. « Notre village n’est pas un dépotoir », a-t-il déclaré, à l’issue d’un week-end de nettoyage du village et la distribution d’un millier de poubelles aux familles de la localité avec l’aide d’une centaine de volontaires, membres du Mouvement Civique de Trou-aux-Biches.
L’objectif de tout ce monde est de garder le village propre, protéger la santé des habitants en améliorant l’hygiène parmi eux ainsi que la sécurité par rapport aux terrains vagues ou abandonnés. « Il y a des terrains qui n’ont pas été développés et sont à l’abandon. Certains sont situés près des abribus utilisés par de nombreux jeunes, collégiens et collégiennes, surtout très tôt le matin. Cela représente un danger pour eux », soutient M. Momine, qui ajoute : « Nou pa le trouv bann ka vol, viol ou krim akot nou. »
Les coins et recoins du village ont été nettoyés, les arbustes se trouvant sur les terrains vagues abattus, et les herbes au bord des routes ou sur les plages taillées grâce à une quinzaine d’ouvriers. Une centaine de plantes ont aussi été mises en terre. Une autre centaine seront plantées dans les jours à venir, fait ressortir le président du village. Avec l’aide de sponsors – hôtels et différents ministères –, le conseil de village a procédé à la remise de poubelles à chaque famille de la localité. « Cette poubelle va permettre aux habitants de protéger leurs ordures jusqu’à l’arrivée des services de voirie qui passent une fois par semaine », déclare Michaël Momine.
Le village de Trou-aux-Biches, comme d’autres dans le pays, compte de nombreux chiens errants. D’où la démarche de distribuer des poubelles afin d’empêcher ces animaux d’avoir accès aux ordures. Le président affirme qu’il n’a pas de calendrier précis pour le prochain grand nettoyage du village, « me ninport ki lokazion nou pou gagne nou pou fer li. »