La demande de construction d’un Boat House dans une zone résidentielle à Trou-aux-Biches a été contestée par la Platform Sov Nou Laplaz (PSNL). Dans cette optique, les membres de l’association s’expliqueront mardi lors d’un « hearing » au District Council de Pamplemousses.
« C’est le 20 décembre que nous avons pris connaissance dans la presse de la demande de permis de construction pour un boat house dans une zone résidentielle », précise Georges Ah Yan, porte-parole de la PSNL et président du Forum Citoyen Libre (FCL). Alarmés, les membres de la PSNL ont fait parvenir une lettre de contestation au District Council de Pamplemousses, responsable de la délivrance des Building and Land Use Permits. Ils soutiennent dans leur correspondance que la construction d’un Boat House dans une zone résidentielle ne peut être tolérée car étant illégale. « Nous souhaitons également obtenir plus de détails sur le projet de Boat House afin de mieux préparer notre défense au cas où le District Council de Pamplemousses décide de poursuivre sur cette voie », soutient Georges Ah Yan. Le président du FCL est d’avis que des activités économiques dans une zone résidentielle portera atteinte au cadre de vie des habitants. La plateforme soutient toutefois ne pas être contre quelque projet de développement, mais que la plage de Trou-aux-Biches, ayant été rétrécie à cause du nombre d’activités et de commerces qui y sont implantées, n’est pas en mesure d’accueillir d’autres commerces. « Elle est déjà saturée », déclare Georges Ah Yan. Un point de vue que partage également Jacky Alexandre, conseiller du village et pêcheur dans la région, qui, lui, dénonce le « déguisement » des Building and Land Use Permits. Rappelant l’opacité qui plane sur certains projets de construction et le laxisme des autorités, ce membre de la PSNL reconnaît que les forces vives doivent être toujours sur le pied de guerre. Revenant sur la demande de permis publié dans la presse, Jacky Alexandre fustige le promoteur qui, selon lui, aurait profité de la période des fêtes pour faire sa demande. « Heureusement que la vigilance est de mise au sein de la plateforme. C’est ainsi que nous avons pu remarquer la notice et mettre en marche la machinerie pour freiner ce projet », déclare notre interlocuteur. La PSNL ne souhaite pas qu’un autre épisode de la cafétéria de Trou-aux-Biches (ndlr : projet dont l’opacité dans la demande de permis avait fait polémique en 2013) voit le jour. Réitérant d’emblée l’engagement de la PSNL, Jacky Alexandre et Georges Ah Yan assurent que la PSNL agira comme un « chien de garde » non seulement dans le but de préserver les plages publiques et permettre aux Mauriciens de pique-niquer « sans être à l’étroit ».
La PSNL espère avoir les réponses à ses questions mardi lors du hearing qui se tiendra au District Council de Pamplemousses.