Le juge Hajee Abdoula a rejeté la demande d’injonction contre le projet de construction sur la plage de Trou-aux-Biches. Sa décision a été communiquée hier en milieu d’après-midi aux protestataires. Ces derniers, réunis hier soir pour étudier la question, comptent faire appel.
« La décision du juge Abdoula nous a vraiment choqué et nous ne comprenons pas pourquoi notre demande n’a pas été acceptée. Nous avons pourtant avancé toutes les raisons susceptibles d’éveiller la conscience sur ce problème, qui touchera un grand nombre de Mauriciens », soutiennent les forces vives de Trou-aux-Biches, regroupées au sein de la Platform Sov Nou Laplaz. Alors que la demande d’injonction réclamée par Adnath Jagurnauth et Vivian Marie-Jeanne, deux habitants de Triolet et Trou-aux-Biches, était rejetée, les forces vives, elles, ne comptent pas baisser les bras. Réunies hier soir à Trou-aux-Biches pour décider de la marche à suivre, elles ont indiqué qu’elle feront appel lundi. La plateforme, quant à elle, dit ne pas comprendre les zones d’ombre planant autour de ce projet prôné par Subash Sungkur. « Mais ce que nous récusons principalement, c’est l’accaparement de nos plages par des particuliers au détriment de la population », rappellent les protestataires. Raison pour laquelle une marche pacifique sera organisée demain à 10h devant l’aquarium de Trou-aux-Biches pour rejoindre ensuite la plage publique, où ont lieu les travaux de construction. Elle se poursuivra avec un meeting animé par les membres de la plateforme ainsi que des travailleurs sociaux et syndicalistes.