Pour faire suite à la Notice in Reply que lui a servie le pandit Sungkur en janvier dernier après que l’État, dans une mise en demeure, a décidé de reprendre son bail et le sommant de vider les lieux, le ministère des Terres et du Logement a envoyé durant la semaine écoulée sa réplique au State Law Office (SLO) pour justifier une fois de plus la décision des autorités de reprendre le terrain alloué à bail sous l’ancien régime à l’ami proche de l’ex-Premier ministre, Navin Ramgoolam. Les plaignants et les défendeurs dans cette affaire devront prochainement se présenter devant le juge en chambre pour l’ouverture des débats.
Dans un document déposé en cour cette semaine, le ministère des Terres et du Logement a, de nouveau, avancé les différents points justifiant la résiliation du bail de 242 m2 octroyé au pandit Sungkur sur la plage de Trou aux Biches et sur lequel un restaurant a été construit. Restaurant qui, rappelons-le, a depuis le début de février, mis la clé sous le paillasson du fait que les permis d’opération du pandit Sungkur pour le Ritum Coffee n’ont pas été renouvelés et son bail ayant été résilié dans le sillage.
Ainsi, pour faire suite à la Notice in Reply que lui a servie à son tour le pandit Sungkur, indiquant qu’il s’était soumis aux directives des autorités en démolissant sa terrasse et qu’il était en règle, donc pouvant continuer à opérer, le ministère de tutelle revient à la charge expliquant au SLO que le promoteur n’a pas respecté les conditions de son contrat. Outre l’empiétement sur le terrain de l’État sur plus de 5 mètres, avec la construction d’une terrasse non conforme à son plan, le restaurant Ritum Coffee a établi un dining area qui ne figurait également pas sur son Building and Land Permit.
Qui plus est, avance le ministère des Terres et du Logement, le pandit Sungkur, détenteur et signataire du bail que lui a octroyé l’État, y a établi un restaurant au nom d’une autre entreprise, V.S. Agochar Ltd. Les directeurs de cette compagnie créée en 2012 sont trois des frères Sungkur, Soomun, Pragarjeet et Soobhash, ainsi que leur beau-frère Chandrassen Dussoye, de même que deux neveux, Mansing Sungkur et Rohit Seeblall.
Outre le non-respect des conditions du bail, l’État rappelle qu’il est stipulé dans le contrat du pandit Sungkur que le gouvernement se réserve le droit de reprendre son terrain si les conditions ne sont pas respectées ou encore si le gouvernement estime qu’il peut faire autre usage de ce terrain “dans l’intérêt public”. Faisant ressortir que les deux raisons sont valables, le ministère indique qu’il a l’intention de restituer l’aire de stationnement qui y existait afin qu’il puisse servir aux usagers de la plage de Trou aux Biches.
À ce stade, les deux parties attendent de se présenter devant le juge en chambre pour débattre de leurs points.