Photo d'illustration

Le bras de fer entre le ministre du Tourisme, Anil Gayan, et les membres de l’East Coast Pleasure Craft se poursuit concernant les plaisanciers qui opèrent dans le lagon de Trou-d’Eau- Douce. Le ministre Gayan, entouré des responsables de la Tourism Authority – dont Khoudijah Maurdarbaccus- Boodoo, directrice de l’organisme, et de deux hauts gradés de la force policière –, a, au cours d’une conférence de presse mardi, fait circuler une bande sonore dans laquelle il est dit que certaines personnes auraient ourdi un complot pour piéger des responsables de la Tourism Authority qui se rendent régulièrement à Trou-d’Eau- Douce pour faire leur travail. « Nous avons demandé à la police d’ouvrir une enquête pour savoir au plus vite qui sont ceux derrière cet acte malveillant. »

Le ministre a également fait circuler des documents contenant les noms des propriétaires de bateaux. Certains détiennent ainsi des permis qui arrivent à expiration en janvier 2020 et opèrent dans d’autres secteurs, à Trou-d’Eau- Douce, Belle-Mare, Palmar. « Ce sont ces mêmes personnes qui vont se plaindre lorsque nous voulons mettre de l’ordre dans le secteur », a dit le ministre du Tourisme.

Les membres de l’East Coast Pleasure Craft n’ont pas attendu longtemps pour donner la réplique au ministre Gayan. Ils ont organisé une conférence de presse le lendemain. Prem Beerbaul, le porte-parole, a fait le constat suivant au Mauricien : « Il y a un complot pour que les petits plaisanciers ne puissent pas avoir une certaine catégorie de clientèle. Zo pe fer dominer e zot pe ampes nou travay. Zot pe fors nou travay dan perimet ki zot swazir zot mem e kot pena oken striktir pou akeyir klian. » Concernant la bande sonore, Prem Beerbaul s’est réjoui que la police ait pris l’affaire en main. « Nou tia kontan kone laverite opli vit. »