(FILES) In this file photo taken on January 3, 2020 US President Donald Trump speaks during a 'Evangelicals for Trump' campaign event held at the King Jesus International Ministry in Miami, Florida. - President Donald Trump thumbed his nose January 5, 2020 at critics angered at being kept in the dark over the US killing of a top Iranian general, saying he didn't need Congressional approval -- even for a "disproportionate" strike. House Speaker Nancy Pelosi has been leading the backlash against Trump's decision to authorize a drone strike against Qasem Soleimani in Baghdad, an operation that Trump only officially informed Congress about on Saturday -- nearly 48 hours after the event. (Photo by JIM WATSON / AFP)

Donald Trump a menacé dimanche l’Irak de « très fortes » sanctions si les troupes américaines étaient contraintes de quitter le pays, après le vote dimanche du Parlement irakien pour réclamer leur expulsion.

« S’ils nous demandent effectivement de partir, si nous ne le faisons pas sur une base très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n’en ont jamais vu auparavant », a déclaré le président américain à bord d’Air Force One, de retour de Floride où il était en vacances.

« Elles feront apparaître les sanctions contre l’Iran comme presque faibles », a-t-il ajouté.

« Nous avons une base aérienne extraordinairement chère là-bas. Elle a coûté des milliards de dollars à construire. Nous ne partirons pas s’ils ne nous remboursent pas », a-t-il encore dit.

Le Parlement irakien a demandé dimanche au gouvernement de « mettre fin à la présence des troupes étrangères » en Irak, lors d’une séance extraordinaire en présence du Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi.

Le président américain a par ailleurs une nouvelle fois menacé Téhéran de « représailles majeures » en cas d’attaque iranienne contre des installations américaines au Moyen-Orient en réponse à l’élimination par les Etats-Unis du général iranien Qassem Soleimani.

« S’ils font quoi que ce soit, il y aura des représailles majeures », a-t-il déclaré.

La réponse de l’Iran à l’assassinat du général Qassem Soleimani « sera assurément militaire et contre des sites militaires », a affirmé un conseiller du guide suprême iranien, le général de brigade Hossein Dehghan, dans une interview accordée dimanche à CNN.

M. Trump a également une nouvelle fois menacé de frapper des sites culturels iraniens. « Ils ont le droit de tuer nos ressortissants (…) et nous n’avons pas le droit de toucher leurs sites culturels? Cela ne marche pas comme ça », a-t-il dit.

jca/cn