Dans la soirée de dimanche dernier, un ressortissant indien, Avtar Sing, 42 ans, habitant Rose-Belle, est tué d’un coup de bloc de ciment lancé en direction du van dans lequel il se trouvait. Le projectile a traversé le pare-brise du van immatriculé 5967, conduit par son beau-frère, Lallah Bhimal Raigobin Sharma, 34 ans, pour l’atteindre au front. Depuis, cinq suspects ont été arrêtés, dont un policier, Deoraz Bhondoy, 31 ans. Ce dernier plaide la légitime défense et affirme que s’il n’avait pas lancé une brique en béton, lui et ses amis auraient été écrasés par le van qui leur fonçait dessus. Mais l’histoire est loin d’être simple, car les blessures relevées par le Chief Police Medical Officer (CPMO), le Dr Sudesh Kumar Gungadin, ne corroborent pas les explications données par le suspect…
Pourtant, ce dimanche avait bien commencé pour Avtar Sing. Selon certaines indications recueillies de l’enquête menée par l’assistant surintendant de Police (ASP) Lutchmun, l’inspecteur Goolaup, les sergents Ramyead et Moolée, de la CID de Rose-Belle, placés sous la supervision du surintendant Devanand Reekoye, Avtar Sing avait passé la journée en compagnie de son beau-frère à un l’atelier de scrap metal, qui est la propriété de Lallah Bhimal Raigobin Sharma, à Rose-Belle. Les deux hommes avaient quitté les lieux dans l’après-midi, avec l’intention de se détendre. En compagnie d’un de leurs amis, un sergent de police, ils avaient été prendre un pot et quelques gajacks à la plage de Blue-Bay, jusqu’aux environs de 20h. Par la suite, les deux beaux-frères avaient reconduit le sergent de police chez lui, non sans avoir trinqué encore une fois. Avant de rentrer chez eux, ils se seraient rendus une dernière fois à l’atelier.
Or, à la hauteur de La Rosa, en direction de Rose-Belle, quatre personnes qui avaient l’air d’avoir bu auraient fait mine de traverser la route. Lallah Bhimal Raigobin Sharma, qui tenait le volant d’un van immatriculé 5967, devait utiliser son klaxon. Un klaxon peu ordinaire à multiples tonalités. Ce qui aurait eu pour effet de rendre furieux les personnes qui étaient débout en bordure de route. Le véhicule s’immobilise et une altercation intervient alors. Des deux côtés, les injures fusent, on s’asperge d’eau et de bière…
Puis, les deux beaux-frères regagnent leur véhicule, qui démarre et quitte les lieux. Mais alors que les piétons pensaient que tout allait s’arrêter là, contre toute attente, le véhicule devait faire demi-tour et foncer dans leur direction. C’est alors qu’un des quatre piétons ramassa une brique en béton, qu’il lança de toutes ses forces en direction du van. La brique a littéralement transpercé le pare-brise et heurter Avtar Sing en plein front. Il était assis à côté de son beau-frère qui conduisait.
Conclusions?
Pris de panique, le conducteur Lallah Bhimal Raigobin Sharma devait se rendre chez son ami le sergent de police chez qui lui et son beau-frère trinquaient plus tôt, pour l’informer de ce qui venait de se produire. Sur les recommendations du sergent de police, Avtar Sing, qui saignait abondamment de la tête, a été transporté à l’hôpital Jawaharlall Nehru, de Rose-Belle. Mais il était déjà trop tard. Son décès a été constaté. L’autopsie pratiquée le lendemain par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, n° 1 du département médico-légal de la police, a attribué le décès du ressortissant indien à une « depressed fracture of skull with brain laceration ». Cependant, le médecin légiste n’aura relevé aucune coupure qu’auraient dû causer les éclats de verre du pare-brise sur le corps du défunt… Cet élément capital a été indiqué aux enquêteurs.
Dans le sillage de l’enquête et après un examen approfondi des lieux du drame, ainsi que du véhicule, trois premiers suspects devaient être appréhendés. Ils sont : Atish Ramkissoon, un caretaker de 31 ans, habitant La Rosa : Devanand Sahaye, 33 ans, self-employed, du même village et Nikeshwarnatsingh Kassory, un opérateur de 30 ans, de La Rosa également. Après l’interrogatoire serré de ces trois suspects, un quatrième nom devait être révélé aux enquêteurs. Celui du constable Deoraz Bhondoy, un policier affecté au poste de Police de Plaine-Magnien. Ce dernier s’est rendu à la police mardi, accompagné de son homme de loi, Me Alvin Jawaheer. Le policier plaide la légitime défense. « Si mo pa ti avoy ros lor van, van-la ti pu kraz nu », a-t-il confié aux enquêteurs.
Le policer a pris part à une reconstitution des faits jeudi et a été provisoirement accusé de meurtre en Cour de District de Grand-Port (Mahébourg). Ses trois amis, à savoir Ramkissoon, Sahaye et Kassory ont été, pour leur part, inculpés provisoirement du délit d’entente délictueuse (Conspiracy). Le chauffeur du van, Lallah Bhimal Raigobin Sharma, a lui aussi été arrêté et provisionally charged du délit de Attempt at murder.
Mais cette enquête est loin d’être résolue pour autant. Pour cela, les enquêteurs doivent trouver un certain nombre de réponses. A commencer par savoir comment le suspect a-t-il pu, sous influence d’alcool, atteindre sa cible avec une telle précision? D’autant plus que le véhicule était en mouvement ? Comment se fait-il qu’il n’y a pas de traces d’égratignures ou d’éraflures causées par le pare-brise sur le corps d’Avtar Sing ? Du reste, de l’avis de certains experts de la police, le pare-brise, qui est d’une certaine épaisseur, aurait dû avoir ralenti la course du projectile. En attendant de tirer au clair toutes ces zones d’ombre, l’enquête policière se poursuit…