Tous les regards étaient braqués sur The Turf Magazine Golden Trophy, le prélude de la Maiden Cup, qui constituait l’épreuve phare de ce rendez-vous d’avant-break. La surprise est venue de Diamond Light, qui surclassa ses adversaires à l’issue d’une sage course d’attente signée Rakesh Bhaugeerothee. Ce dernier démontra ses qualités dans la course avec le pas sur Lucky Valentine qui réussit le pillar to post pour s’offrir officiellement ses premiers lauriers. Le grand gagnant de cette journée se nomme Derreck David, auteur d’un triplé, qui ravit la première place à Jeanot Bardottier, contraint de déclarer forfait après sa vilaine chute sur Blood Buccaneer. Malgré cela, les couleurs de la famille Gujadhur ont brillé grâce à Pravesh Horil, qui mena Evergreen à bon port dans l’épreuve de clôture.
The Turf Magazine Golden Trophy, disputé sur 2200m, constituait le dernier vrai test sur le gazon en vue de la Maiden Cup, la plus prestigieuse épreuve de notre calendrier, qui est programmée pour le dimanche 6 septembre prochain. En l’absence de Bulsara, qui a préféré faire l’impasse afin de ne pas être trop bousculé étant donné qu’il a déjà neuf ans, Skippyjon Jones et Everest offraient les meilleures garanties pour la victoire. La surprise est venue de Diamond Light, vainqueur une année plus tôt sur le parcours du jour en temps record, qui confirma qu’il vallait beaucoup plus que sa dernière course, la seule où il n’avait pas terminé in the money sur notre hippodrome en 36 tentatives. Bien servi par le train sélectif de Vettel, confié à Jean-Roland Boutanive en remplacement de Jeanot Bardottier, ce coursier du couple Ramlochun sortit son coup de reins dévastateur qu’on lui connaissait pour reléguer son plus proche adversaire, Skippyjon Jones, par rapport auquel il était avantagé au handicap, à presque quatre longueurs. C’était sa quatorzième victoire sur notre turf. Cette démonstration aura pour effet de le repositionner pour le Ruban Bleu, où son statut est passé de simple outsider à potentiel gagnant.
Après ses deux succès consécutifs, Skippyjon Jones se présentait avec une chance de premier ordre dans le préambule de la Maiden Cup, car il avait déjà dominé la plupart de ses adversaires du jour. Si Skippyjon Jones avait brillé trois fois sur leurs cinq confrontations, Diamond Light avait gagné les deux autres courses où ils s’étaient affrontés. On se souviendra surtout de celle du 15 novembre 2014 sur 2200m où Diamond Light avait établi un nouveau record de la distance avec un chrono de 2’14″09. Pénalisé au handicap après son dernier succès, il rendait cette fois du poids au coursier de Shailesh Ramdin. Skippyjon Jones calqua sa course sur celle d’Everest, qui était considéré comme son principal adversaire. À vouloir à tout prix ne pas se laisser distancer par le gris de Gilbert Rousset, Skippyjon Jones suivit probablement de trop près, alors que Vettel imprimait une allure sélective et manqua ainsi de punch pour finir. Malgré sa défaite, l’élève de Patrick Merven ne partira pas battu d’avance dans le prochain classique avec le rééquilibrage au handicap.
Battu que par 0.35L la dernière fois, cet écart est passé à 3.35L entre Everest et son récent vainqueur Skippyjon Jones, qui portait pourtant 4 kg de plus au handicap. Everest en était à sa première tentative au-delà des 2000m, parcours sur lequel il a déjà gagné, et il donne l’impression qu’il ne possède pas assez de tenue. Nous pouvons tirer la même conclusion pour Top Jet qui n’a pas gagné au-delà des 1600m durant sa carrière. Cependant, au risque de nous tromper, le gris de Ricky Maingard semble pouvoir encore améliorer sa condition physique. Même s’il fut incapable de changer de vitesse au démarrage, sa classe naturelle peut lui permettre de jouer un rôle plus intéressant s’il est aligné dans le Ruban Bleu. Love Struck n’a pas été ridicule hier, si on considère qu’il a évolué sur le flanc gauche d’Everest sur une bonne partie du trajet. Il ne doit donc pas être éliminé hâtivement la prochaine fois.
Auparavant, Bhaugheerothee se signala sur Lucky Valentine, qui parvint à inscrire son premier succès à la régulière dans The Week-End Scope Challenge Trophy, disputé sur 1365m. Le départ fut donné avec seulement huit chevaux après le retrait de dernière minute de Golden Sheik pour cause de boiterie. Les mises sur ce cheval furent remboursées, tandis qu’une déduction de deux sous par roupie fut effectuée sur les gains du cheval gagnant. De sa première ligne, Count Emmanuale fit l’essentiel afin de se placer aux avant-postes avant de se laisser déborder par Lucky Valentine au poteau des 1100m. Il y eut un incident à ce moment de la course impliquant tous les chevaux sauf The Flying Machine et Mighty Mars, qui avait manqué son départ, probablement occasionné par le fait que Lucky Valentine fut ramené par son cavalier une fois installé à la position tête et corde. Une enquête sera ouverte sur cette bousculade mardi matin. Peu après, le meneur quitta légèrement la corde. Vu que l’allure avait été réduite, Count Emmanuale se montra ardent à son intérieur et Joorawon parvint à éviter que sa monture ne marchât sur les talons du meneur. Mighty Mars se montra également ardent et son jockey décida de lui filer les rênes pour lui permettre d’améliorer son rang. David réagit promptement et déboîta Acapella au bas de la descente afin de ne pas se laisser enfermer, forçant ainsi Mighty Mars à demeurer en troisième épaisseur. Suite à ces manoeuvres, Hancock’s Dynasty, qui était quatrième, perdit sa position et il ne précédait que Constellation dans le dernier virage. Count Emmanuale fut le premier à profiter de l’ouverture à la corde. Il fit illusion, mais il ne se montra pas assez percutant pour disputer la victoire. La deuxième place revint à Acapella sur lequel le style de David nous a peu convaincu.
Triplé de David
Le jockey de l’entraînement Rousset, qui avait connu une journée sans après son cinq à la suite, se montra plus inspiré au cours de la journée pour s’offrir un joli triplé. Les bruits couraient hier matin à propos de la chute du favori de la deuxième épreuve. Du reste, la cote de Craftsman chuta, passant de Rs 210 vendredi après-midi à Rs 270 avant le départ de la course chez certains bookmakers. Au bout du compte, cet élève d’Alain Perdrau confirma les rumeurs en prenant la deuxième place à 2.35L de Max Rapax. Étant donné qu’il avait hérité de la cinquième ligne, on espérait voir Craftsman suivre non loin des meneurs, surtout dans ce champ peu rapide, mais Naiko ne se mêla pas à la lutte pour le commandement malgré son bon départ. Il choisit de reprendre sa monture qu’il tenta de placer dans le dos de Siddharth et Halabaloo au premier passage du but. Cependant, Double Dash fut sollicité pour s’infiltrer à son intérieur et le devancer pour la position qu’il convoitait. De ce fait, Crafsman se retrouva encore plus en retrait, soit sixième. Naiko attendit le poteau des 300m pour lancer franchement sa monture, mais à ce moment de la course, il comptait environ trois longueurs et demie de retard sur son principal adversaire, Max Rapax, qui se rapprochait en main à l’extérieur du meneur. Il était alors évident que la tâche du favori n’allait pas être aussi facile au sprint final. Malgré sa bonne fin de course, Craftsman ne put inquiéter le vainqueur. Le rapport du vétérinaire fait état que Siddharth a saigné. C’est le deuxième cheval de la journée à être confronté à un problème pulmonaire après Rulerofmyheart dans l’épreuve d’ouverture.
Le duel annoncé entre Phiri E Kwatile et Headstrong Harry dans The Week-End Challenge Trophy eut bien lieu. On assista à une belle empoignade entre Rye Joorawon et Jeanot Bardottier, mais le dernier mot revint au premier nommé, qui hérita finalement d’un meilleur parcours. Phiri E Kwatile évolua pourtant en one off, mais son entraîneur était satisfait de sa position, qui lui assurait de ne pas se faire enfermer dans le dernier virage comme ce fut le cas la dernière fois. En effet, le favori prit le first run sur Headstrong Harry, qui choisit de passer entre Man Of His Word et Phiri E Kwatile. Cependant, l’ouverture ne s’offrit pas immédiatement à lui. Headstrong Harry  refit une partie de son retard lorsqu’il vit le jour, mais il ne fut pas capable de refaire tout son retard sur le gris de l’entraînement Maingard. À noter que Princeton avait été retiré de cette épreuve vendredi matin pour cause de boiterie.
La chute de Bardottier
La cinquième épreuve fut marquée par la chute spectaculaire de Jeanot Bardottier sur Blood Buccaneer peu avant le poteau des 600m. L’incident se produisit lorsque le cheval de Ramapatee Gujadhur prit les talons de Parker, qui se dirigea vers l’intérieur au moment d’entamer le tournant. Bardottier plongea tête à l’avant et il se fit ensuite passer dessus par C Major et Pont D’Avignon. On craignait le pire pour le cavalier mauricien, mais on fut soulagé de le voir regagner l’ambulance à pied. Conduit à la clinique pour des examens, aucune fracture ne fut décelée et il put regagner son domicile durant la journée. Si Pont D’Avignon ne fut pas trop affecté par cet incident, en revanche, C Major et Tube Wave furent déséquilibrés et faillirent désarçonner leur cavalier respectif. Blood Buccaneer fut, lui, piétiné et percuté par Tube Wave et Hot Rocket. Fort heureusement, ce dernier, qui avait été impliqué dans la chute de Holland deux semaines plus tôt, ne chuta pas cette fois. Souffrant d’une fracture à l’épaule, Blood Buccaneer fut euthanasié. S’agissant du vainqueur, le pari était osé, car il tentait sa chance dans une valeur nettement supérieure par rapport à celle où il avait enregistré sa dernière victoire. Du reste, il était le bottom weight de la course avec seulement 55 kg. Les relais d’Independence, Blood Buccaneer et Emerald Approach en tête de la course, assurèrent un bon rythme à l’épreuve. Gêné à sa dernière sortie, il put cette fois bien s’exprimer et mit tout le monde d’accord à l’issue du meilleur finish.
La sirène retentit, annonçant l’ouverture d’une enquête sur un incident intervenant dans la ligne droite de la septième épreuve avant qu’une objection ne soit logée par Nishal Teeha contre Rebel’s Game et Mighty Lion pour interférence alléguée. Lors de l’enquête, il fut établi que Rebel’s Game maintenait sa trajectoire et qu’il fut tamponné par Harba après que ce dernier eut été gêné par Mighty Lion. Ce dernier avait déjà commencé son mouvement à l’intérieur à 150 mètres de l’arrivée, mais son jockey changea sa cravache de main, utilisant la main gauche, ce qui fit que son cheval versa encore plus à l’intérieur. Le représentant de Ricky Maingard fut donc maintenu à la deuxième place, tandis que Mighty Lion fut rétrogradé à la quatrième place au profit de Harba. Rehaze Hoolash plaida coupable de monte négligente et il écopa d’une suspension de deux journées. Cherish The Charm confirma ses récents progrès et qu’il préfère les distances rallongées. Longtemps aperçu dans le dos du meneur, il fut déboîté à 600 mètres de l’arrivée afin de ne pas se laisser enfermer par Dunraven, et commença sa progression. Une fois sollicité dans la ligne droite, il donna un joli coup de reins pour s’imposer assez facilement.
Class record ?pour Cinchona
Le fait qu’il ait perdu deux points à l’échelle des valeurs à l’issue de la dernière course où il n’avait finalement été surclassé que par Elite Class le rendit éligible à disputer l’épreuve d’ouverture, réservée aux coursiers n’ayant pas gagné durant ces douze derniers mois. Au terme d’une sage course d’attente, Cinchona est venu priver Daniel Moor d’un précieux succès sur Lividus. Ce dernier choisit de déboîter à 300 mètres de l’arrivée afin de prendre de vitesse ses adversaires. Sunil Bussunt attendit, lui, la ligne droite finale pour lancer Cinchona à la corde. L’alezan entraîné par Vincent Allet grignota du terrain à chaque foulée pour coiffer Lividus et s’imposer en 1.41.36. Ce qui lui permit d’améliorer la marque de Zip It dans cette valeur par 13 centièmes. Tiger Master, qui avait pu se rapprocher dans le dos du futur gagnant, aurait pu aspirer à mieux qu’une quatrième place s’il avait été dirigé à l’intérieur de Roman Express à l’entrée de la ligne droite. Car lancé à l’extérieur, il prit du temps à se rééquilibrer et trouver son rythme.
Appelé à remplacer Jeanot Bardottier sur Evergreen dans l’épreuve de clôture, Pravesh Horil ne laissa pas passer sa chance pour s’offrir son premier succès de la saison. Ce coursier, il le connaissait déjà pour l’avoir piloté à sa dernière sortie. Ce jour-là, malgré les efforts qu’il avait fournis pour s’emparer du commandement, Evergreen n’avait pas été surclassé. La présence du véloce Fire Curtain était le seul point noir dans les plans de Horil. Ce dernier insista sur le premier furlong avant de reprendre sa monture. Sans doute voulait-il se placer dans le dos de Fire Curtain, mais vu que Rama repris également sa monture une centaine de mètres plus loin afin de ne pas hypothéquer ses chances, Horil fila les rênes à Evergreen qui contourna son adversaire sans trop d’effort. Tous espéraient alors que le cheval de Ramapatee Gujadhur faiblirait comme la dernière fois, mais il avait montré des signes de progrès ces derniers jours et repoussa l’attaque de Billy Bojangles jusqu’à bout.