Plusieurs champs dans le nord et l’est affectés

Après l’invasion de chenilles légionnaires en avril dernier, la culture vivrière à Maurice est désormais menacée par une invasion du Tuta absoluta, un insecte qui s’attaque principalement à la culture de pommes d’amour. Selon le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI), ces insectes ont été détectés dans plusieurs champs de légumes, principalement dans le Nord et à l’Est. Toutefois, le FAREI soutient que la situation est sous contrôle.

Les responsables du ministère de l’Agro-industrie et du FAREI ont découvert la présence des Tuta absoluta dans des champs de pommes d’amour alors qu’ils procédaient à une campagne de surveillance routinière, le 5 septembre. Selon le Chief Executive Officer (CEO) du FAREI, Ganeshan Seelavarn, ces insectes sont nuisibles principalement aux pommes d’amour, mais peuvent aussi affecter les pommes de terre, les bringelles, les brèdes malbar et les brèdes martin.

Selon le communiqué du ministère de l’Agro-industrie, le Tuta absoluta est présent dans une douzaine d’endroits dans le Nord et à l’Est. Le Pest Monitoring Committee au ministère a entamé une surveillance stricte et, selon ce dernier, la situation n’est pas alarmante à ce stade. Un protocole pour contrôler la situation ainsi que pour le traitement a été mis sur pied, et peut être consulté d’ailleurs disponible sur le site Web du ministère et du FAREI.
Selon le président de la Small Planters’ Association, Kripalloo Sunghoon, le Tuta absoluta affecte principalement les feuilles. « Ces insectes se nourrissent de feuilles des plantes. Le ministère de l’Agro-industrie a installé des attrapes. Ces insectes ont effectué un parcours de l’Afrique jusqu’à Maurice, en passant par Madagascar et l’île de La Réunion. Si la situation n’est pas contrôlée, ces insectes seront un grand danger pour la culture vivrière », a déclaré Kripalloo Sunghoon.

Ce dernier a déploré un manque de sensibilisation auprès des planteurs. « Les planteurs n’ont pas suffisamment d’informations sur cet insecte. Le ministère doit procéder à une campagne de sensibilisation auprès des planteurs afin qu’ils puissent identifier les symptômes. A ce stade, nous ne savons pas combien de champs ont été touchés. Nous procéderons à un premier bilan dans les jours à venir. Entre-temps, notre association demande aux planteurs de prendre les précautions nécessaires et d’utiliser des insecticides pour réduire les risques en attendant la marche à suivre », a-t-il dit.

Pour sa part, Ganesha Seelavarn dira que la situation est sous contrôle car les responsables ont détecté la présence d’insectes adultes dans les attrapes. « À ce stade, aucun dégât n’est à déplorer. Une petite population seulement a été détectée à ce jour », a expliqué le CEO. Le ministère de l’Agro-industrie lance un appel aux planteurs pour qu’ils restent vigilants et contactent le FAREI s’ils constatent des anormalités dans leur champ.