Je ne sais pas chanter, je ne joue d’aucun instrument de musique, mais j’aime la musique, particulièrement celle qui vient du coeur et qui parle au coeur. Isolée à l’autre bout du monde, cela fait plus d’un an que je m’exalte derrière mon écran d’ordinateur pour un duo de blues suisse-mauricien. Je suis toutes leurs publications sur Facebook, je guette leurs prochaines dates de concerts dans l’espoir de pouvoir les écouter ‘live’ un jour, je ‘like’, je partage, et j’invite mes amis à en faire autant. J’écoute et je réécoute leurs morceaux, je scrute leurs vidéos en boucle au point de remarquer les chaussures cocassement dépareillées du chanteur, je souris et ris avec eux, tout pour m’imprégner de leurs vibes et de leur merveilleuse, inspirante énergie quand je vais bien ou moins bien.
En juin dernier, j’ai eu la chance incroyable de partager toute une soirée avec eux, de les écouter jouer à Lausanne, et de les écouter parler de ce qui les porte lors d’un entretien radiophonique, et même de partager un repas avec eux ! J’aimerais partager ici mon enthousiasme pour The Two, et vous les présenter, car je m’étonne encore que la presse mauricienne n’ait pas encore parlé d’eux. Ils sont là, leur réussite est bien réelle… Le moment me semble encore plus opportun après leur franc succès au mythique Montreux Jazz Festival en Suisse lundi dernier !
The Two, c’est deux amoureux du blues, deux gars talentueux aux sourires et à la bonne humeur communicatifs : un Mauricien, Yannick Nanette (guitare/voix/harmonica), et un Suisse, Thierry Jaccard (guitare/2e voix). À eux deux, ils jouent une musique qui transcende barrières et frontières : une musique métissée, authentique, sincère et profonde, qui vous réchauffe et vous remue le coeur, qui vous fait plein de choses, sauf vous laisser indifférents. La presse suisse n’a que d’éloges pour eux. Au Zermatt Unplugged en avril dernier, ils ont été les seuls à attirer aussi grande foule devant une scène gratuite. C’est clair, ils ont fait maintes grandes affiches et continuent leur ascension. Ils ont représenté le blues suisse à Bruxelles pour le European Blues Challenge. Et chose peu courante pour les musiciens suisses, voire rarissime pour un Mauricien, ou encore un groupe non-américain, le duo s’est hissé jusqu’aux demi-finales du renommé International Blues Challenge de Memphis, où il s’est fait remarquer par de nombreux programmateurs internationaux. S’ensuivent des concerts en Italie, en Croatie et en Belgique. Et après avoir été à l’affiche ‘in’ du Montreux Jazz Festival en début de semaine, encore un autre magnifique succès pour notre Mauricien, The Two va encore faire parler d’eux ces jours-ci.
Yannick, que certains ont qualifié, à juste titre, de ‘bête de scène en dreadlocks’, me confie quand je lui parle de son superbe talent : « To koner ena buku dimunn ki ena talent mais mo ena limpression ki mo zwetal fort, mais mo pas conner ziska kan li pu alimer ! » Quant à Thierry, mis à part ses talents de musicien, il m’a charmée par sa personne et sa manière de voir et de vivre les choses et la vie. Je ne sais pas si je crois aux étoiles mais ces deux-là devaient se rencontrer dans la vie et sur scène, vivre leur rêve, et nous en offrir. Ensemble, ils ont quelque chose d’unique, de beau et d’humain à la fois, que leur public grandissant a su ressentir et aimer.
Ce que j’aime aussi chez The Two, c’est ce désir de vivre le présent, c’est cette simplicité, ce côté très ‘down-to-earth’. Au Sierre Blues Festival la semaine dernière, là même où a eu lieu la naissance du duo il y a trois ans, Thierry et Yannick ont continué à travailler bénévolement en parallèle à leur concert. »Avant on portait les amplis. Aujourd’hui on joue et on porte toujours les amplis ! » Et puis, il y a toute leur philosophie : pour eux la musique reste un partage, un lieu de rencontres, et non quelque chose de figé ou d’imposé depuis la scène, pas une compétition non plus où l’on se compare à d’autres musiciens… À deux, ils savent naturellement engager leur audience.
Je ne suis pas critique musicale, mais cette harmonie sur scène, ces sourires vrais qu’ils s’échangent, ces yeux brillants, cette énergie, cette intensité et cette émotion qui leur sont propres et qu’on ne retrouve pas forcément dans des groupes plus connus, ce contagieux bonheur de faire et d’être ce qui les passionne le plus, sont fort séducteurs. Et c’est tout cela qui fait The Two.
Mais ne vous fiez pas à moi, découvrez-les sur leur site (www.the-two.ch) et sur Facebook, écoutez leur album sorti en novembre dernier, ‘Sweet Dirty Blues’, avec leur magnifique reprise de ‘Roseda’ de Ti Frère, et surtout, soyez là quand ils seront à Maurice d’ici fin 2015 !