« Assez SoufFrance Télécom », clame le Telecommunications Workers Union. Le partenariat Mauritius Telecom avec France Télécom – dont le 6 novembre marquait ses 11 ans d’existence – , selon le négociateur de ce syndicat, « a conduit et mené à perte le pays, les employés ainsi que la compagnie nationale ». « Mauritius Telecom n’est que l’otage de France Télécom », a soutenu Vishnu Jugdhurry. Le TWU organisera une marche pacifique vendredi à 11 heures devant les locaux de MT à Port-Louis en vue de « commémorer ces 11 ans de souffrance ».
Vishnu Jugdhurry ne mâche pas ses mots et ne se montre guère tendre. Pour le négociateur du Telecommunications Workers Union (TWU), le partenariat Mauritius Telecom-France Télécom n’a apporté que des désagréments. Il explique qu’alors les ressources de la compagnie servaient au développement du secteur des télécommunications et à la société mauricienne avant le 6 novembre 2000, la privatisation, elle, a provoqué « une hémorragie des ressources au profit du secteur privé »
L’incidence sur les salariés, soutient Vishnu Jugdhurry, est inévitable et des phénomènes tels le licenciement, la précarité de l’emploi, la détérioration des conditions de travail et la remise en question des droits acquis feront de nouveau surface. Le négociateur du TWU explique aussi que France Télécom a récupéré plus de Rs 4,3 milliards en dividendes sans compter les milliards perçues à travers les achats par le biais de son topsourcing. « Ce central d’achat n’est pas dans l’intérêt de Mauritius Telecom. Les logiciels conçus par les filiales de France Télécom ont été achetés à des prix exorbitants et cela au détriment du service. »
Vishnu Jugdhurry explique que le ministre des Finances d’alors s’était pressé à conclure la vente de MT. « Par cette transaction, France Télécom a acquis 40 % des réserves de MT qui avoisinaient les Rs 6 milliards. »
Vishnu Jugdhurry fait aussi état du rapport du commissaire Appana, commandité par la direction de MT, qui aurait été « un instrument dans la remise en question des droits acquis par les employés ». Il estime aussi que les promesses du gouvernement n’ont pas tenu la route et que MT n’est que l’otage de France Télécom. « Le transfert technologique n’a été qu’une farce au point où même le gouvernement penserait à commanditer un audit sur ce partenariat. Ce qui est lourd de sens… Certaines opérations qui ont été délocalisées mettent en péril la souveraineté de notre pays. Les investissements en Afrique sont tombés à l’eau… » Le négociateur du TWU affirme que les Mauriciens ont été bernés.
Une manifestation aura lieu vendredi devant MT à Port-Louis en vue de dénoncer les « 11 années de souffrance » des employés.