(FILES) This file combination of pictures created on June 20, 2019 shows a file photo taken on December 15, 2014 of Saudi journalist Jamal Khashoggi (L) during a press conference in the Bahraini capital Manama and a file photo taken on April 12, 2018 of Saudi Arabia's crown prince Mohammed bin Salman at La Moncloa palace in Madrid. - Saudi Arabia is attempting a comeback on the global stage one year after Khashoggi's murder, but the crisis has weakened it and undermined its de facto leader's ambitious reforms, analysts say. (Photo by MOHAMMED AL-SHAIKH and OSCAR DEL POZO / AFP)

Un an après le meurtre du journaliste dissident Jamal Khashoggi, l’Arabie saoudite tente de retrouver sa place sur la scène internationale, mais la crise l’a affaiblie et a éclipsé les réformes ambitieuses de son prince héritier, selon des analystes.

Le prince Mohammed ben Salmane, modernisateur autoproclamé ayant sorti le royaume ultraconservateur de sa torpeur, a été célébré par des dirigeants politiques et de multinationales avant le meurtre le 2 octobre dernier, au consulat saoudien d’Istanbul, du journaliste dissident.

Mais les conséquences de cet assassinat, dans des circonstances des plus sordides, ont été énormes.

Elles ont fait de l’héritier du trône du plus puissant des pays arabes un personnage sulfureux, ont jeté une ombre sur ses réformes, attiré l’attention sur la situation des droits humains en Arabie saoudite et ébranlé ses alliances avec les puissances occidentales.

Depuis, le prince a cherché à rétablir sa réputation en lançant des campagnes de relations publiques pour reconquérir les investissements étrangers tout en accélérant ce que les analystes appellent « l’orientation à l’Est », en direction d’alliés moins critiques comme la Chine et l’Inde.

Mais cela n’a eu qu’un succès limité.

« Le spectre de Jamal Khashoggi plane (toujours) sur le royaume », a déclaré Bruce Riedel, ancien officier de la CIA et auteur d’un livre sur l’Arabie saoudite intitulé « Rois et présidents ».

« Le journaliste et commentateur assassiné n’a pas été oublié, comme l’espérait le prince Mohammed ben Salmane », a-t-il relevé.

Le prince héritier semble avoir assumé la responsabilité du meurtre, disant toutefois dans un récent documentaire de la télévision américaine PBS, qu’il n’en avait pris connaissance qu’après les faits.

– « Isolée » –

Selon des informations de presse, la CIA estime que l’assassinat a probablement été commandité par le prince héritier lui-même.

De son côté, une experte de l’ONU, Agnès Callamard, a conclu en juin qu’il existait des preuves suffisantes pour ouvrir une enquête sur la responsabilité du prince héritier dans l’affaire Khashoggi.

Ces révélations ont alimenté les pressions sur les alliés occidentaux de l’Arabie saoudite pour qu’ils cessent de lui vendre des armes.

Ces pressions sont intervenues dans un contexte de tensions accrues avec son rival iranien, accusé par Washington d’avoir attaqué le 14 septembre des installations pétrolières saoudiennes.

Les Etats-Unis, un allié clé de Ryad, ont annoncé à la suite de ces attaques le déploiement de 200 soldats ainsi que de missiles Patriot en Arabie saoudite.

Le président Donald Trump a souligné l’importance de l’Arabie saoudite en tant que client d’armes américaines et rempart contre l’ennemi commun iranien, mais les élus américains ne semblent pas enclins à absoudre le prince héritier.

« Dans une certaine mesure, l’assassinat de Khashoggi a laissé l’Arabie saoudite isolée à l’échelle globale », affirme à l’AFP Quentin de Pimodan, un expert de l’Institut de recherche pour les études européennes et américaines, basé en Grèce.

« En surface, Trump a donné son soutien à Ryad, mais l’Amérique insiste sur le fait qu’elle n’est plus aussi dépendante du pétrole saoudien qu’auparavant. L’Arabie saoudite est seule face à la menace de l’Iran et dans le conflit au Yémen voisin », ajoute-t-il.

– « Experts occidentaux » –

Le meurtre a quelque peu refroidi les investisseurs étrangers qui se bousculaient à Ryad.

Il semble également avoir entravé les réformes économiques du prince Mohammed, qui cherchent à réduire la dépendance du royaume à l’égard des revenus pétroliers et à stimuler les investissements du secteur privé.

« Avant l’assassinat, l’Arabie saoudite était en train d’accélérer les partenariats commerciaux », note Ellen Wald, auteur du livre « Saudi Inc. Mais « l’élan s’est ralenti même si les choses continuent d’aller dans la bonne direction », dit-il.

Preuve de la volonté saoudienne d’aller de l’avant, Ryad a annoncé vendredi le lancement de visas touristiques, dans le cadre de ses efforts de diversification de l’économie, une annonce que beaucoup attendaient depuis plus d’un an.

Le projet d’introduction en Bourse du géant pétrolier d’État Aramco, pierre angulaire du programme de réformes du prince Mohammed, initialement prévu pour 2018, est également retardé.

« Depuis l’assassinat de Khashoggi, l’Arabie saoudite a engagé des experts occidentaux pour promouvoir le royaume et améliorer sa réputation sur les réseaux sociaux », relève M. Pimodan. « Mais la tâche du meurtre sera difficile à effacer ».

bur-ac/sls/mh/gk