Photo d'illustration

Un élément de la Special Mobile Force (SMF), âgé de 30 ans, a été arrêté mercredi dans le sillage d’une enquête pour agression sur un policier du poste de Montagne-Blanche. Ce constable a reçu des coups de pied durant son service dans la soirée du 17 janvier alors que ses collègues et lui étaient partis dans le village de Petit-Paquet après qu’une femme a sollicité l’assistance policière.

Dans sa version des faits, le plaignant avance qu’une fois sur place, une femme lui a confié que son petit-fils, un officier de la SMF, était incontrôlable et voulait le frapper. De plus, ce dernier aurait endommagé sa maison. Au même moment, les policiers ont vu arriver le trentenaire qui avait du sang sur ses vêtements et blessé aux mains. Il aurait foncé sur sa grand-mère pour tenter de la frapper, mais la police est intervenue pour l’en empêcher. Ce qui n’était pas au goût du suspect, qui a insulté ses collègues et qui leur a même proféré des jurons. Il leur a aussi demandé de ne pas interférer dans ses problèmes personnels.

Les officiers en uniforme lui ont demandé de bien se comporter, mais l’élément de la SMF a fait fi de leur réclamation et devait menacer d’agresser ses collègues. Le constable l’a alors informé qu’il fera l’objet d’une enquête pour « outrage contre un policier » tout en tentant d’appréhender le trentenaire. Ce dernier a fait de la résistance en donnant un coup de pied au ventre du plaignant et en déchirant sa chemise.

Les proches du suspect s’en sont ensuite mêlés en le retirant des mains des policiers pour empêcher son arrestation. L’officier de la SMF a profité de la situation pour s’enfuir pendant que sa famille a barré la route aux policiers. Ils ont battu en retraite en attendant l’arrivée des renforts. Mais le suspect ne se trouvait plus sur place.

Par la suite, le constable a été conduit à l’hôpital de Flacq, car il se plaignait de douleurs. Il a également remis à ses supérieurs sa chemise déchirée et tachée de sang comme pièce à conviction. Depuis plusieurs jours, les enquêteurs ont tenté de mettre la main sur le suspect, mais ce dernier ne se trouvait pas chez lui. L’OPS Room de l’Eastern Division a alors informé le quartier général de la SMF que le trentenaire était recherché pour agression. Ce dernier s’est présenté mercredi au poste de police de Montagne-Blanche, où il a été informé de la plainte logée contre lui, et de son arrestation.

Même s’il a nié les accusations portées contre lui, il n’a pas souhaité donner sa version des faits à ce stade. Le suspect a été traduit au tribunal de Flacq le même jour où une accusation provisoire de “assaulting police” a été logée contre lui. Il a retrouvé la liberté après avoir fourni une caution de Rs 3 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 1 000.